à la une

Lorient - Jérémy Morel justifie son retour chez les Merlus

Jérémy Morel s'est confié sur son retour à Lorient
Jérémy Morel s'est confié sur son retour à Lorient MERCATO

Neuf ans après son départ à l'Olympique de Marseille, Jérémy Morel (36 ans) s'apprête à réaliser son retour à Lorient. Formé chez les Merlus, l'international malgache (7 sélections, 1 but) s'est confié au site du club sur son choix de finir sa carrière là où tout avait commencé en 2003. "Même si aujourd’hui je reviens dans mon ancien club, j’ai l’impression que tout est nouveau", indique l'ancien rennais. "C’est vraiment une nouvelle aventure qui démarre. Et j’espère qu’elle sera belle et longue. Je suis arrivé avec de la confiance et avec une certaine impatience de retrouver le terrain, le Moustoir, les supporters. C’est un mélange de tout." Promu en Ligue 1, le FCL se battra cette saison pour son maintien. Avec un groupe qui s'est renforcé, Morel est optimiste. "On a un très bon groupe qui travaille bien sur le terrain. Les premières impressions sont bonnes. On sait que l’on a beaucoup de travail à fournir mais l’avantage est d’avoir une marge de progression importante. Cela nous laisse percevoir de belles choses pour le futur."

A l'affût des résultats de son club de coeur, le Breton n'a pas été insensible au passage en Ligue 2. "Même si on sait que quand on redescend à l’échelon inférieur c’est toujours plus compliqué. Malgré tout, on a vu que le club continuait à se structurer et c’était le plus important. Finalement, c’est ce qui a certainement fait la force du club pour remonter. Il s’est appuyé sur des forces au niveau des structures, de l’aspect sportif. C’était très bien de le faire. C’est bien de le dire mais de l’acter par des faits c’est mieux. Le FCL a su le faire et il en récolte les fruits aujourd’hui. Je ne dérogerai pas à ce que je suis et à mon mode de fonctionnement. Quand il faut parler, je parle, si je ne dis rien, c’est que ce n’est pas le moment ou alors je le démontre sur le terrain par des faits. Je vais essayer d’apporter mon expérience au groupe mais je suis loin d’être le seul à pouvoir le faire ici. Ce sera à nous, les plus anciens, sur le terrain, de tirer tout le monde vers le haut lorsque nous connaîtrons des périodes plus délicates. Dans ces moments-là, il faudra être fort ensemble."