Médias - Les présidents de L1 remontés contre beIN Sports

Commentaire(s)
Médias - Les présidents de L1 remontés contre beIN Sports
beIN Sports pointé du doigt

Ce lundi après-midi, lors de la réunion du collège de Ligue 1 au siège de la FFF, Nasser Al-Khelaïfi en a pris pour son grade. Mais ce n'est pas sur son statut de dirigeant du Paris Saint-Germain que le Qatari est critiqué, mais sur son rôle de président de beIN Média Group. D'après L'Equipe, les dix-neuf présidents (sur 20) débattaient des droits télé à l'international et notamment du contrat qui lie la LFP à beIN pour la commercialisation des droits à l'étranger. En charge de trouver des acheteurs depuis 2011, le groupe qatari a seulement récolté 75 millions d'euros pour cette saison, le montant minimum garanti et prévu dans le deal signé avec la ligue il y a déjà 8 ans. Des montants bien loins des standards des autres top championnats européens comme la Premier League (1,6 milliard), la Liga (800 millions), la Bundesliga (300 millions) et la Serie A (200 millions).

Cette fronde des présidents de Ligue 1 a été amorcée par Jean-Michel Aulas, président du collège de L1 depuis le 18 septembre. Le dirigeant lyonnais a expliqué les négociations avec beIN pour revoir se contrat à la hausse n'avançaient pas et qu'une action en justice devrait peut-être être lancée. Les clubs de l'élite reprochent, surtout, à beIN d'être diffuseur et vendeur des droits à l'international puisque le groupe diffuse la L1 au Moyen-Orient, aux Etats-Unis ou au Maghreb. Et forcément, les Qataris ne font pas monter les prix. Au cours de ce débat, les dirigeants ont notamment demandé à Victoriano Melero, secrétaire général du PSG, de quitter la salle. Ces derniers veulent donc une solution : obtenir de meilleurs revenus ou bien se sortir de ce contrat.