Mercato - Avant de choisir son club, Ben Arfa règle un dernier compte avec le PSG

Commentaire(s)
Mercato - Avant de choisir son club, Ben Arfa règle un dernier compte avec le PSG
Ben Arfa réclame 25 000 euros au PSG PSG RENNES BENFICA NICE BEN ARFA MERCATO

L'histoire entre Hatem Ben Arfa et le PSG n'est pas terminée. Libre, le joueur devrait décider de son futur club dans le courant de la semaine. Avant cela, il réclame une nouvelle fois de l'argent au Paris Saint-Germain.

Hatem Ben Arfa est rancunier. Laissé au placard pendant deux années, l'ailier est resté au Paris Saint-Germain pour toucher les salaires promis par le club de la capitale. Ce temps est désormais révolu, le joueur de 30 ans est libre depuis le 30 juin, il pèse actuellement les pour et les contre de chacun de ses prétendants pour arrêter un choix aussi bénéfique que sûr pour la suite de sa carrière. Il n'en oublie pas le PSG pour autant. Touché par le dénigrement d'Unai Emery à son égard, et par certains mots de Nasser Al-Khelaïfi le concernant, le natif de Clamart veut gagner son combat jusqu'au bout.

C'est ainsi qu'il a décidé d'attaquer le PSG en justice pour des primes impayées, à commencer, d'après Le Parisien, par la prime d'éthique qu'il n'a pas perçue en décembre 2017. Absent du stage au Qatar pour un virus, Ben Arfa est accusé par le club d'avoir utilisé de faux prétextes pour obtenir un certificat médical et sécher le rassemblement. La somme réclamée environne les 25 000 euros. Une goutte d'eau pour un joueur payé 500 000 euros par mois pour voyager entre les entraînements, l'équipe réserve et même un match avec le Variété Club de France durant la saison dernière.

Une finale à quatre pour l'accueillir

Cela étant, le joueur voit dans cette "goutte d'eau", le moyen de montrer que tous les torts ne sont pas siens dans cette idylle manquée avec le PSG. Une idylle qui se termine, en attendant une nouvelle histoire... Car parallèlement à cela, HBA continue d'éplucher les dossiers de ses quatre prétendants. Les pistes les plus chaudes semblent le mener vers une nouvelle aventure en Ligue 1, soit à Nice, soit à Rennes. Le Sporting Portugal reste un sérieux concurrent. Il faudra surtout attendre mercredi, au minimum, pour connaître la nouvelle destination du dribbleur : entre-temps, le Benfica Lisbonne aura joué son barrage retour de Ligue des Champions à Salonique après un nul (1-1) au match aller.

Le projet lusitanien, si la Ligue des Champions en fait partie, pourrait changer l'avis d'un joueur affamé de temps de jeu et de joutes de haut niveau. Les deux offres qu'il possède en France semblent cependant lui offrir certaines de ces garanties. D'un côté, le Stade Rennais, la Ligue Europa et un entraîneur prêt à tout pour l'accueillir, Sabri Lamouchi. De l'autre, l'OGC Nice, un public acquis à sa cause, un duo fantasmé avec Mario Balotelli et une expérience réussie en 2015-2016. Deux projets décortiqués, où les dirigeants, qu'il s'agisse d'Olivier Létang à Rennes, ou de Jean-Pierre Rivère, secondé par Julien Fournier à Nice, lui donnent autant de confiance que de garanties.

Vieira, l'inconnu

Jusqu'ici, la préférence du joueur libre de tout contrat semble toujours donnée à l'OGC Nice, malgré l'inconnue Vieira. Le nouvel entraîneur du Gym, auteur d'un début de saison fort moyen, ponctué par une défaite cinglante (0-4) contre Dijon, n'a fréquenté l'ailier qu'en équipe de France. Lors d'un Euro 2008 manqué, marqué par une élimination dès les phases de poule. Une petite réserve face à laquelle la direction niçoise tente de rassurer. Ambition, sérénité et sécurité, les trois arguments phares sont les mêmes que ceux de 2015, lorsque Ben Arfa sortait d'un passage manqué à Hull City. Reste, désormais, à voir les dernières cartes abattues par le Stade Rennais, mais surtout par le Benfica Lisbonne.