Mercato - Henry revient sur son échec à Monaco et évoque son avenir

Commentaire(s)
Mercato - Henry revient sur son échec à Monaco et évoque son avenir
Thierry Henry est sorti du silence. MERCATO

Après un mutisme de plusieurs mois, Thierry Henry s'est exprimé dans une interview accordée au Telegraph.

Il se faisait (très) discret dans les médias ces derniers mois. Remercié par l'AS Monaco en janvier dernier après seulement trois petits mois au poste d'entraîneur, Thierry Henry (42 ans) a décidé de briser le silence et de s'exprimer publiquement. Le champion du monde 98 a accordé une interview à nos confrères britanniques du Telegraph dans laquelle il revient sur son expérience sur le banc monégasque et son avenir. "Je n'ai aucun regret sur ce qui s'est passé. Mon coeur a parlé à l'époque. Je voulais retourner là où j'ai tout commencé. C'était une tâche très difficile et j'ai senti que si j'avais eu plus de temps, j'aurais pu en faire plus. Mais si vous n'obtenez pas de résultats, peu importent les circonstances, vous devez partir" a t-il affirmé au sujet de ce qui représentait sa toute première expérience en tant qu'entraîneur principal.

Aucun regret donc, mais le Français garde tout de même un goût amer de cette aventure, lui qui avait une idée bien précise de ce qu'il souhaitait réaliser à la tête de l'équipe asémiste. "Si j'avais su que ne je resterais que trois mois, alors j'aurais peut-être agi différemment, mais j'essayais de planifier quelque chose pour l'avenir et le faire en si peu de temps est très difficile" a-t-il ajouté, se félicitant tout de même des victoires qu'il a obtenues face à Caen et Amiens lors de son passage. "Nous devions gagner à Caen et à Amiens, nous l'avons fait, et ces six points ont été très importants pour le maintien."

Après avoir découvert la difficulté du métier de la manière la plus abrupte possible, Thierry Henry a eu du temps pour prendre du recul et juger les différences entre le rôle des acteurs sur le carré vert et celui de l'homme aux commandes dans la zone technique. "Lorsque vous êtes un joueur sous contrat, vous avez toujours un match pour montrer aux gens qu'ils ont tort. En tant qu'entraîneur, il faut attendre un autre contrat. C'est frustrant et énervant car il n'y a pas de match pour faire vos preuves. Dans la vie, si vous échouez, vous vous relevez et vous vous battez. Mais quand vous êtes entraîneur, si vous échouez, vous vous levez et vous attendez pour vous battre" a-t-il analysé. Désormais, l'aventure monégasque semble avoir été digérée et le Français se dit prêt à remonter en scelle, sûr de ses capacités pour réussir. "Je veux le faire parce que j'aime le jeu, c'est ma vie, ma passion. Traitez-moi de fou si vous voulez, mais j'aime le football et je crois que je peux être un entraîneur à succès. Je ne pense pas à la douleur, je ne pense pas à l'échec. Je n'aime pas la facilité. J'aime diriger et c'est à moi de faire en sorte que ça arrive."