à la une

Mercato - Le PSG se lance dans le dossier Thomas Partey !

Commentaire(s)
Thomas Partey, le milieu de terrain de l'Atlético Madrid, est sous contrat jusqu'en 2023.
Thomas Partey, le milieu de terrain de l'Atlético Madrid, est sous contrat jusqu'en 2023. MERCATO PSG MERCATO

Selon une indiscrétion rapportée par RMC Sport, le Paris Saint-Germain surveillerait de très près Thomas Partey (26 ans), le milieu ghanéen de l'Atlético Madrid.

Depuis plusieurs semaines, de nombreux milieux de terrain du Vieux Continent ont été liés, de près ou de loin, au Paris Saint-Germain, déterminé à renforcer ce secteur de jeu en vue de la saison prochaine. Un nouveau nom vient de fuiter en ce lundi soir, celui de Thomas Partey. Selon nos confrères de RMC Sport, les dirigeants des Rouge-et-Bleu en pinceraient pour le Ghanéen des Colchoneros. Supervisé à plusieurs reprises, le numéro 5 des Rojiblancos, loué pour sa propreté technicien, séduiraient les décideurs parisiens de par son profil de ratisseur.

Aucune négociation n'a encore eu lieu mais le PSG pourrait bien profiter de la situation contractuelle du joueur, qui dispose d'une clause libératoire abordable de l'ordre de 50 millions d'euros, pour boucler ce dossier. Mais, pour ce faire, il faudra se montrer convaincant et... rapide. D'une, car l'international ghanéen (26 sélections, 9 buts) ne manque pas de prétendants de renom (Arsenal, Manchester United, AS Roma, Inter Milan). De deux, car les dirigeants de l'Atlético Madrid ont lancé - ou sont sur le point de le faire - leur riposte.

En effet, selon les derniers échos de la presse anglaise, les dirigeants madrilènes vont proposer à leur protégé une extension de bail de deux ans, soit jusqu'au 30 juin 2025, assortie d'une conséquente revalorisation salariale. Émargeant actuellement à 75 000 € par semaine, le milieu de terrain pourrait doubler ses émoluments, alors portés à 150 000 € hebdomadaires. Par ailleurs, les têtes pensantes de l'Atlético profiteraient de la signature de ce nouveau bail pour doubler, aussi, la clause libératoire du joueur et la faire grimper à 100 millions d'euros. La bataille s'annonce rude !