à la une

Mercato - L'OL s'attaque à Karl Toko-Ekambi

Commentaire(s)
Toko Ekambi aurait été approché par Lyon.
Toko Ekambi aurait été approché par Lyon. MERCATO

L'attaquant de Villarreal Karl Toko-Ekambi fait partie des pistes suivies par l'OL pour repeupler son secteur offensif. Des discussions auraient même été entamées en vue d'une arrivée cet hiver.

Toujours à la recherche d'un attaquant pour pallier la blessure longue durée de Memphis Depay, l'Olympique lyonnais multiplie les pistes en coulisses. Les noms se succèdent mais aucun dossier n'a encore abouti. Selon les informations de L’Équipe, les Rhodaniens auraient sondé Villarreal pour leur attaquant camerounais Karl Toko-Ekambi, sous contrat jusqu’en 2023. Passé par Sochaux, le joueur de 27 ans avait été arraché à Angers à l'été 2018 par le sous-marin jaune contre la somme de 20 millions d'euros.

Après une première année aboutie (18 buts en 43 matchs toutes compétitions confondues), Toko-Ekambi vit un début de saison en demi-teinte avec 6 buts et 3 passes décisives. Son temps de jeu, qui ne cesse de s'amenuiser (il n'a plus joué un match complet depuis le 10 novembre dernier), aurait alerté les Gones. Sur le banc pendant toute la rencontre face à la Real Sociedad ce dimanche (victoire 1-2 des siens), il pourrait être tenté par un retour dans l'Hexagone et surtout la perspective de disputer les 8es de finale de la Ligue des Champions (contre la Juventus), une compétition à laquelle il n'a encore jamais pris part.

Villarreal veut un transfert

Pour les dirigeants lyonnais, convaincre le joueur ne serait qu'une partie du travail à accomplir. Le plus délicat sera probablement de trouver un terrain d'entente avec le club espagnol, où Toko-Ekambi est sous contrat jusqu'en 2023. Toujours selon le quotidien, Villarreal ne serait pas fermé à l'idée de le laisser partir, mais à condition de récupérer sa mise de départ en guise d'indemnité de transfert. De son côté, l'OL, qui n'avait pas prévu de lourdes dépenses cet hiver avant les blessures successives de Depay et Reine-Adelaïde, privilégierait un prêt avec option d'achat. À suivre...