Mercato - Rennes : les relations entre le clan André et la direction se tendent...

Commentaire(s)
Mercato - Rennes : les relations entre le clan André et la direction se tendent...
Benjamin André, le milieu de terrain et capitaine du Stade Rennais FC. MERCATO LOSC MERCATO RENNES MERCATO

Joueur discret, Benjamin André (28 ans) commencerait à être "particulièrement excédé" devant le refus de son club, le Stade Rennais, de le laisser filer vers d'autres cieux en ce mercato estival. Le bras de fer est tout proche.

À l'instant T, le mot "clash" n'est pas encore utilisé mais les relations se seraient sérieusement refroidies entre Benjamin André et les dirigeants de Rennes. Le milieu de terrain défensif (28 ans) et capitaine des Rouge-et-Noir (30 matches en Ligue 1 en 2018-2019, 3 buts marqués et 1 passe décisive distillé) a des envies d'ailleurs, assumées. Pisté par l'Olympique Lyonnais et Lille, le natif de Nizza souhaiterait rejoindre le nord de la France et les Dogues afin de découvrir la Ligue des Champions.

Problème, les dirigeants du Stade Rennais, Olivier Létang (Ndlr, le président) en tête, se montrent intransigeants concernant l'indemnité de transfert réclamée - à savoir 8 millions d'euros plus des bonus pouvant faire grimper l'addition à 11 millions d'euros. Un montant que le numéro 21 du club breton, qui commence à perdre patience face à l'attitude de sa direction, estime bien trop élevé. "L’heure du clash n’est pas loin, pas loin du tout", affirment ainsi nos confrères de L'Équipe dans leur édition du jour.

La situation pourrait toutefois se débloquer dans les prochain(e)s jours/semaines puisque le LOSC n'en a pas terminé avec son offensive. De passage en conférence de presse ce vendredi midi, Marc Ingla, le directeur sportif des Dogues, a confirmé que les négociations se poursuivaient entre les différentes parties : "Concernant le dossier André, nous avons des échanges directs avec les dirigeants rennais. On va essayer de le faire venir, mais pour l'instant, je ne peux pas en dire plus", a-t-il lancé devant les médias. Une affaire à suivre...