MHSC - La mise en garde de Nicollin à propos du football féminin

Commentaire(s)
MHSC - La mise en garde de Nicollin à propos du football féminin
Laurent Nicollin espère des aides pour les sections féminines françaises.

Dans une interview accordée à L'Equipe, le président du MHSC, Laurent Nicollin, a donné son avis sur le football féminin. Très concerné par la question puisque son père avant lui avait créé la première équipe féminine professionnelle en 2001, le dirigeant montpelliérain a fait part de son inquiétude concernant l'avenir du football féminin en France, notamment à cause du manque de médiatisation hors Coupe du Monde. "Depuis des années, la communication de la FFF est axée sur l'Equipe de France et pas sur les clubs.Mais à un moment donné, il va falloir inversé. L'Olympique Lyonnais est l'arbre qui cache la forêt. On parle encore très peu du Championnat de France dans les médias, au quotidien" a-t-il déclaré, puis d'ajouter : "Il faudrait qu'il y ait dans L'Équipe au moins un quart de page voué à la présentation de chaque journée de D1. Plus on en parlera, plus il y aura de public et de sponsors. Je suis très content que le Mondial soit un succès mais, derrière, il reste beaucoup de boulot à faire si on ne veut pas que le Championnat s'affaiblisse, et si on souhaite que les tribunes se remplissent."

Pour lui, la comparaison des salaires entre hommes et femmes est "absurde" en raison de l'écart très important qui existe entre le football féminin et le masculin. "C'est pour ça que comparer le salaire de Neymar à celui de Wendie Renard, ou comparer le montant des primes filles et garçons en cas de victoire au Mondial, est totalement absurde ! Je veux bien qu'on soit pour l'égalité mais, quelque part, quand on voit les rentrées financières, les sponsors et les droits télé pour les garçons, les filles ne font pas le même métier. Je ne peux pas les payer comme mes garçons. Et je ne peux pas non plus donner à mes joueuses le même salaire que Wendie Renard car je n'en ai pas les moyens. On a besoin d'aide, qu'on nous donne les armes" a-t-il expliqué. Il invite tout le monde à se "retrousser les manches pour développer davantage notre championnat" et attend une visibilité plus importante dans les médias. De plus, il espère davantage d'aides financières de la part de la ligue, comme c'est le cas en Espagne. Sans ça, Laurent Nicollin craint pour la survie du football féminin en France, à commencer par son équipe dont il ne pourra pas éternellement assumer l'investissement de 2M€ si la situation venait à stagner.