MHSC - Montpellier reste sur ses gardes


Les Montpelliérains ne cèdent pas à l'euphorie.
MHSC - Montpellier reste sur ses gardes

On pourrait les croire sur un nuage après leur victoire contre l'OM (3-0), qui porte à onze leur nombre de matchs consécutifs sans défaite en championnat, mais les Montpelliérains veulent rester les pieds sur terre. Michel Der Zakarian et ses joueurs ont tenu des discours empreints de prudence au sortir de cette nouvelle performance à la Mosson, dimanche soir.

Jusqu’où ira le MHSC ? Passé deuxième au classement à la faveur d’une victoire de prestige face à l’OM (3-0), hier soir, le groupe héraultais apparaît en mesure de jouer les premiers rôles pour la première fois depuis sept ans et son titre inattendu de champion de France en 2011-2012. Bien sûr, il ne s’agit pas cette fois d’aller coiffer sur le poteau un Paris St-Germain qui compte déjà 11 points d’avance sur ses poursuivants, mais de se faire une place dans le top 5 et d’arracher un billet pour la Ligue Europa, voire mieux.

"Vous voulez que je vous dise qu’on joue la Ligue des Champions ?", souriait Andy Delort en zone mixte, dimanche soir. "Au moins l’Europe ? Oui, il faut jouer le plus haut possible", a-t-il poursuivi. "Mais la saison est longue et vers la 35ème journée, je serai un peu plus précis." Les propos de l’attaquant symbolisent assez bien la prudence qui transpire des discours montpelliérains. "On est très content, mais il faut rester les pieds sur terre", a immédiatement prévenu Ellyes Skhiri. "Le chemin est encore long et on ne veut pas vivre une désillusion en se voyant trop beau."

Der Zakarian : "On perdra des matchs"

Une lucidité qui devrait plaire à Michel Der Zakarian, lui aussi mesuré au moment d’analyser ce premier match face à l’une des grosses écuries du championnat (Lyon, Paris et Lille vont encore se présenter sur la route du MHSC avant la trêve hivernale). "J’ai un groupe dans lequel tout le monde a envie d’exister. Collectivement, on est solide, mais il faut garder l’état d’esprit que l’on a depuis le début de saison", a sommé le coach Pailladin. "Tout est fragile dans le foot. Dès qu’il y a du relâchement, ça peut s’effriter très vite."

Pour MDZ, son équipe est maîtresse de son destin. "Que les têtes gonflent, qu’on se croie plus beau que l’on est", répond-il quand on lui demande ce qui peut stopper l’ascension du MHSC. "On perdra des matchs, mais il faut garder l’état d’esprit." Paul Lasne, lui aussi, est bien conscient que la belle série d’invincibilité entamée dès la 2e journée de championnat (7 victoires, 4 nuls) prendra fin tôt ou tard. "Un groupe, c’est fragile et il faut savoir vivre sereinement tout au long d’une saison, où il peut y avoir des hauts et des bas. Aujourd’hui, on est en haut de l’affiche, mais on sait qu’il y a cette fragilité qu’il va falloir dompter pour rester en haut", a-t-il expliqué. "Une saison, c’est jusqu’au mois de mai. C’est un marathon, un travail de longue haleine..."

Ligue 1

Montpellier

Michel Der Zakarian

Ellyes Skhiri

Der Zakarian MHSC Lasne Delort Skhiri Videos Foot