à la une

Nice - Adrian Ursea peste : "On a encore fait un match à deux visages"

Adrian Ursea, l'entraîneur de l'OGC Nice.
Adrian Ursea, l'entraîneur de l'OGC Nice. 14E JOURNéE L1

Nouvelle désillusion pour les Aiglons, qui ont chuté à la maison face au Stade Rennais (0-1, analyse), ce dimanche après-midi lors de la 14ème journée de Ligue 1. Pour le nouvel entraîneur du Gym, Adrian Ursea, qui n'a toujours pas gagné à la tête du club azuréen (2 défaites, 1 nul), ce second revers de la semaine a du mal à passer.

"C’est une déception. On ne peut rien dire par rapport au résultat. On a encore fait un match à deux visages. En première mi-temps, on a été en phase avec ce qu’on voulait faire. On a eu des occasions de but mais on a manqué d’efficacité. Après la pause, notre jeu s’est étiolé", a estimé le technicien du club azuréen, et d'ajouter : "Il faut que j’analyse ce match, que je le regarde de nouveau. On est dans une situation délicate, on doit vite tourner la page. C’est bien d’enchaîner rapidement à Nîmes. Quand on joue sous pression, il y a une attente à la sérénité. Les joueurs sont perturbés et les accidents arrivent comme ça. On a joué contre une équipe très bien organisée, qu’on a eu du mal à déséquilibrer. On a fait preuve d’impatience pour contourner le bloc rennais et procédé de manière trop individuelle".

Le tacticien niçois est ensuite revenu sur ses changements opérés en cours de match, qui n'ont pas apporté grand chose : "Dolberg ? On attendait plus de lui, il est toujours capable d’un exploit sur un coup de patte. Le doute est bien présent, on pourrait jouer plus simple, allonger, mais ce n’est pas ce qu’on a l’habitude de faire. Les entrants ? Si on savait tout à l’avance… Les choix m’appartiennent, je les assume. Peut-être que la prochaine fois ils apporteront", a-t-il affirmé, et de conclure avec un message clair à ses joueurs : "Le classement ? Ce qui compte, c’est le prochain match. Je ne veux pas qu’on se décourage. Notre salut passera par le jeu, mais ça ne tombera pas du ciel".