Nice - Le clan Seri prêt à emmener l'OGCN devant les tribunaux ?


L'Ivoirien est en froid avec son ancien club
Nice - Le clan Seri prêt à emmener l'OGCN devant les tribunaux ?

Dans un communiqué que s'est procuré L'Equipe, les avocats de Jean Michaël Seri accusent l'OGC Nice d'avoir sous-évalué le montant du transfert de l'Ivoirien à Fulham pour minorer sa prime. Une affaire qui pourrait se finir devant les tribunaux.

Alors qu'il a rejoint Fulham cet été, Jean-Michaël Seri est en difficulté avec les Cottagers, qui n'ont pris que cinq points en douze rencontres et qui pointent logiquement à la dernière place en Premier League. Mais le milieu de terrain ivoirien n'a pas des problèmes que sur le terrain puisqu'il est en conflit avec son ancien club, l'OGC Nice. En effet, dans un communiqué qui sera diffusé ce samedi mais que L'Equipe a pu se procurer, les avocats du joueur ont expliqué que leur client s'estimait lésé par son ancien club, qui lui devait une prime basée sur le montant de sa vente.

"Monsieur Seri estime que Nice s'est rendu coupable à son encontre d'une manipulation visant à (grossièrement) sous-évaluer le montant de son transfert et ainsi faire une substantielle économie de la prime sur transfert", est-il écrit. Une affaire portée devant la commission de discipline de la LFP, qui a "décidé de botter en touche". Selon les avocats, ce sont les dirigeants niçois qui auraient insisté pour inclure leur défenseur Maxime Le Marchand dans la transaction cet été, dans le cadre d'un prêt payant avec option d'achat. Une opération qui coûterait alors 16,4 M€ en fin de saison pour le défenseur, et 11,2 M€ pour Seri. Des sommes qui ne correspondent pas aux valeurs des deux joueurs selon eux.

Contacté par L'Equipe, Julien Fournier, le directeur général des Aiglons, a refusé de préciser les montants des transferts. "Le jour de la signature de son contrat, Seri était au courant du montant du transfert et de celui de la prime. En plus, alors qu'on devait la lui payer sur quatre ans, on la lui a réglée en une seule fois, à sa demande. Tout ça est tellement grossier...", a-t-il déclaré. De leur côté, Seri et son clan porteront le dossier devant la commission paritaire d'appel de la FFF lundi, toujours selon le quotidien, et ne s'interdisent pas de "s'adresser aux juridictions étatiques, tant civiles que pénales".

Nice

Jean Michaël Seri

Nice Seri Fulham