à la une

Nice - Le discours très alarmiste de Patrick Vieira

Vieira sur la sellette ?
Vieira sur la sellette ? 12E JOURNéE L1

Après la défaite contre Dijon (1-3), l'entraîneur de Nice Patrick Vieira s'est montré très déçu de la prestation de ses joueurs. Interrogé sur le match puis sur son cas en conférence de presse, le technicien a préféré ne pas s'avancer sur sa situation.

Ce dimanche, Nice s'est une nouvelle incliné, à domicile cette fois-ci, contre la lanterne rouge Dijon (1-3). Présent en conférence de presse, le technicien de Nice Patrick Vieira a évoqué la performance de ses hommes. "Au niveau de la prestation, la première mi-temps a été insuffisante dans beaucoup de domaines. Il était difficile d'espérer mieux. En seconde période, on a eu une petite révolte, mais qui est restée timide. Mais dans l'ensemble du match, on a fait beaucoup de choses assez négatives. Dans le premier quart d'heure, on était vraiment en difficulté et ils ont pu nous faire courir, on se faisait éliminer très facilement au niveau du pressing. Malgré tout, on a eu cette situation à 0-0 (Gouiri, 18e), si on marque le but, ça aurait pu changer pas mal de choses", a-t-il confié, avant d'évoquer une période de crise. "En crise ? On est en crise par rapport à la prestation, en crise car on n'a pas fait le match espéré. Il a manqué de beaucoup de choses pour espérer mieux", a poursuivi l'entraîneur des Aiglons.

"Il nous a manqué de l'agressivité. On avait l'impression qu'on était dépassé sur l'aspect athlétique, sur l'aspect vitesse. Ils sortaient facilement le ballon. On a aussi manqué de réussite. Avec un peu plus de chance, on aurait pu les accrocher un peu plus. L'agressivité, ce n'est pas de mettre un attentat, c'est de vouloir casser les lignes, de faire cet appel en profondeur pour étirer l'équipe adverse, c'est avoir cette détermination de vouloir mettre le ballon dans le but. On est dans l'insuffisance dans tout ce qu'on fait. Et quand on n'a pas la réussite, on le paie", a lancé le champion du monde 1998.

"J'observerai toutes les déclarations, tout ce qui sera dit et fait"

Concernant sa capacité à redresser l'équipe, Vieira a préféré jouer la carte de l'optimisme. "Je suis en train de faire ma troisième saison ici. Chaque année il y a eu des moments compliqués. On a toujours trouvé la force pour retourner la situation. Ce qu'il faut, c'est être soudé au niveau des joueurs, du staff, des dirigeants, de l'institut, être bien cohérent, dans ce qu'on veut dire et faire. Et à partir de là, continuer à travailler en mettant l'accent sur nos manques", a-t-il avancé.

De plus, ce dernier a été interrogé sur le soutien de son vestiaire dans cette crise. Ainsi, l'entraîneur niçois a préféré botter en touche, en remettant la question sur le dos des médias. "Vous en doutez ? Si vous me posez la question, c'est que vous en doutez. Votre boulot, c'est aussi de vous renseigner, allez voir les joueurs, posez leur la question. Vous avez des entrées au club ? Vous avez beaucoup d'interlocuteurs au club ? Après, si vous avez une certitude, ou si quelqu'un vous dit qu'il doute de l'entraîneur, alors oui, vous pourrez venir me poser la question".

Enfin, le champion du monde 1998 a adopté un discours positif et motivateur, et s'est montré déterminé à redresser la barre afin de se replacer au classement, tout en assumant sa part de responsabilité dans cette situation. "On est en train de traverser une période très difficile. On n'a pas le choix. Soit on est tous concernés, et on fait tous un peu plus pour retourner la situation. Ou on commence à se disperser et ça commence à partir dans tous les sens. Moi je ne l'accepterai pas. Je suis le garant de tout ça. J'observerai toutes les déclarations, tout ce qui sera dit et fait. C'est dans ces moments-là qu'il faut rester soudés pour retourner la situation", a conclu Vieira. Les prochains jours seront décisifs pour son avenir au sein du club de l'OGC Nice.

Ligue 1 - 12e Journée

Nice
1 - 30 - 2 Dijon
A. Gouiri (P.) 80'
21' Baldé
31' G. Ngonda
66' Baldé