à la une
Dimanche 5 Juillet

OL - Arrêt de la L1 : le club exhorte les instances à "faire marche arrière"

Commentaire(s)
OL - Arrêt de la L1 : le club exhorte les instances à 'faire marche arrière'
L'Olympique Lyonnais explique pourquoi la LFP doit revenir sur sa décision d’arrêter la saison de Ligue 1. L1 EN DANGER

Dans un long communiqué publié sur son site internet, ce dimanche, l'Olympique Lyonnais exhorte une nouvelle fois les instances du football français à revenir sur la décision d'arrêter définitivement la saison 2019-2020 de Ligue 1. Le club rhodanien demande un rétropédalage de la Ligue de Football Professionnel concernant sa décision d'acter la fin du championnat, estimant que la date butoir pour permettre au football français de reprendre se situe le 25 mai et qu'il en va de l'intérêt général de terminer la saison pour "éviter une immense déroute", notamment sur le plan économique.

LE COMMUNIQUÉ DE L'OL

"La devise de l’Olympique Lyonnais est « Unis pour rugir ». Aujourd’hui, il ne s’agit pas uniquement de l’OL, mais tout simplement de l’avenir du football français, notre sport.

Depuis l’arrêt provisoire du championnat, le 13 mars, nous avons tout mis en œuvre pour chercher des solutions qui fassent honneur à l’accompagnement des personnes touchées par la pandémie, à l’intérêt général du football français, à l’attachement passionnel des supporters, à la pérennité de tous les clubs et au mérite sportif prôné par l’UEFA.

- Dès le 11 mars, nous avons demandé la suspension temporaire du championnat de France, le temps de faire face et de réagir face à une pandémie inconnue.

- Le 13 mars, interrogé par Le Monde sur les solutions envisageables et l’issue que pourrait prendre cette suspension de la saison 2019/20, nous avons évoqué la possibilité d’une saison blanche dans le cas où le championnat ne pourrait se terminer. C’était, dans le contexte de cette question, la solution qui semblait porter le moins préjudice à tout le football français.

- Le 13 mars au soir, répondant à l’invitation de Canal Plus, nous avons réaffirmé que l’évidence-même était de « terminer le championnat ». Depuis lors, nous n’avons cessé de toujours confirmer que « la meilleure solution consisterait à terminer le championnat ».

- Tout au long du mois d’avril, nous avons identifié qu’il serait difficile de « terminer tous les matches » mais nous avons montré une forte détermination pour l’intérêt général des clubs français, et pas uniquement, comme certains le prétendent, pour les intérêts exclusifs de l’OL.

Dans ce cadre, nous avons fait plusieurs propositions crédibles en tenant compte des impératifs sanitaires et de la santé de tous les acteurs du football : Terminer le championnat entre septembre et décembre comme le suggéraient d’autres Présidents de club, attendre et observer ce que faisaient nos voisins européens, mettre en place un système de playoffs comme d’autres l’avaient suggéré.

En tous cas, nous avons toujours œuvré pour privilégier le mérite sportif aux mathématiques et favoriser la glorieuse incertitude du sport ! Ces propositions étaient une base de travail. Elles auraient pu être reprises et retravaillées par l’ensemble des sensibilités du football français.

Mais, le 30 avril, la LFP a brusquement décidé d’arrêter définitivement le championnat professionnel français, sans prendre en compte toutes les recommandations de l’UEFA, ni se donner le temps d’observer ce que nos dizaines de voisins prévoyaient : relancer le championnat tout en travaillant sur un protocole sanitaire tout à fait exceptionnel pour protéger les différents acteurs du football.

Et maintenant ?

Comment rendre heureux les amoureux de football qui se voient privés aujourd’hui de leur passion ?

Comment survivre à très court terme à 900 millions d’euros de pertes cumulées pour le football professionnel français ?

Comment garantir que tous les clubs français pourront finir l’année sans faire faillite ?

Comment aider le football amateur à surmonter le présent et à affronter l’avenir ?

Comment lutter avec nos concurrents étrangers qui ont, pour l’immense majorité, choisi prudemment d’attendre pour relancer leur championnat ? Comment éviter que l’écart se creuse encore entre le football français et tous les autres grands pays d’Europe ?

Comment permettre à tous les partenaires, acteurs, décideurs, suiveurs, amateurs, supporters, passionnés de retrouver un peu de sérénité ?

Ceux qui cherchent aujourd’hui la polémique ont tort mais nous les invitons à réfléchir, dès aujourd’hui, pour le futur du football français et pour l’intérêt général de tous.

Unissons-nous et allons tous bien au-delà de nos propres intérêts !

Il reste du temps, jusqu’au 25 mai, pour faire marche arrière et éviter au championnat de France une immense déroute.

Nous qui aimons tous le football, nous qui aimons tous ce jeu.

Nous aimons les valeurs qu’il véhicule, la passion qu’il dégage.

Le football fait partie de notre vie et de notre patrimoine culturel.

Le championnat est notre rituel.

Nous devons impérativement prendre soin de lui comme l’ont fait tous ceux qui nous ont précédés.

Nous sommes leurs héritiers."