OL - Boycott des joueurs, cas Marcelo : Rudi Garcia revient sur la triste soirée de Lyon-Leipzig

Commentaire(s)
OL - Boycott des joueurs, cas Marcelo : Rudi Garcia revient sur la triste soirée de Lyon-Leipzig
Rudi Garcia avait convaincu ses joueurs d'aller saluer les deux kops.

Trois jours après les événements de mardi au Groupama Stadium, Rudi Garcia était en conférence de presse pour tenter d'éteindre l'incendie.

L'Olympique Lyonnais recevra le Stade Rennais dans une ambiance particulière, dimanche après-midi (17h). Rudi Garcia aimerait croire que ce sera pour rendre hommage au néo-retraité Bernard Lacombe, "un grand monsieur" qui sera honoré en marge de la rencontre. Mais cinq jours après le fiasco de l'après-match de Lyon-Leipzig, pas sûr que les habitués du Groupama Stadium aient trop envie de faire la fête. Il n'a pas échappé à Houssem Aouar et ses coéquipiers que la fracture avec leurs supporters s'est aggravée mardi soir. "Ce n'est pas quelque chose d'anodin", concède le jeune milieu de terrain (21 ans). "Aucun joueur ne veut de cette situation avec ses supporters (...) Chacun a ses torts. Il y a parfois des tensions dans une famille, on va rediscuter avec les supporters."

L'international Espoirs souhaite renouer le dialogue avec les supporters, mais faisait pourtant partie des joueurs prêts à les boycotter et rentrer directement au vestiaire après le nul arraché contre Leipzig (2-2), comme Memphis Depay ou Maxwel Cornet. C'est finalement Garcia qui avait convaincu ses hommes d'aller saluer les kops ; le sud dans un premier temps, puis le nord, celui des Bad Gones. "Pourquoi ils (les joueurs) ne sont pas allés célébrer avec le kop nord ? Parce qu'ils nous ont tourné le dos !", rappelle le coach rhodanien. "Je l'ai vécu en direct. Ils allaient devant le kop nord pour fêter avec le kop, mais quand on y est allé ils nous ont tourné le dos."

Marcelo ne sera pas écarté

"J'ai regretté de demander aux joueurs d'aller saluer le public, mais c'est peut-être un mal pour un bien", tente de relativiser Garcia, qui doit désormais gérer le cas Marcelo. De nouveau pris à partie par des supporters, le Brésilien va être sanctionné pour leur avoir répondu avec des doigts d'honneur. Mais pas question de l'écarter du groupe pour autant. "C'est inconcevable", prévient Garcia. "On ne peut pas se permettre de laisser quelqu'un au bord de la route. On est obligé de se protéger et de protéger tous les joueurs. Comment voulez-vous qu'il ne souffre pas ? Cela ne devrait pas exister..." Difficile, dans ce contexte, d'imaginer un retour au calme dès dimanche, où l'ambiance risque encore d'être délétère à Décines. Mauvais timing pour Bernard Lacombe.