OL - Ce que l'investissement d'IDG Capital Partners va changer

Commentaire(s)
OL - Ce que l'investissement d'IDG Capital Partners va changer
Jean-Michel Aulas a commenté l'apport d'IDG Capital Partners

L'Olympique Lyonnais a ouvert son capital à un nouvel investisseur. Comme en 1999 avec l'arrivée du groupe Pathé à la différence près que le nouveau mécène vient de Chine et se nomme IDG Capital Partners. Le groupe chinois s'apprête donc à acheter pour 100M€ d'actions du groupe OL. Un investissement qui devrait permettre aux Gones de franchir un cap. Explications.

Dans les colonnes de L'Équipe, Jean-Michel Aulas a expliqué les avantages de l'investissement du groupe Chinois dans l'économie de l'OL Groupe : "Cela va donner à l'OL plus d'aisance sur le plan des comptes et de la structure financière. Quand on a un endettement de plus de 260 millions d'euros cela le réduit de plus du tiers. Surtout au moment du refinancement de la totalité du stade, cela va nous donner une possibilité sans pareille de discussion avec les banques."

100 millions pour réduire les dettes

Avec 100 millions d'euros investis par IDG Capital Partners dès "le début de l'année 2017", les supporteurs lyonnais pouvaient se permettre de rêver. Mais, contrairement aux fonds de Pathé qui avaient permis le recrutement de Sonny Anderson en 1999, l'investissement du groupe chinois ne servira pas à acheter des joueurs. D'après Jean-Michel Aulas, cet argent permettra de faire entrer l'OL dans "une nouvelle dimension économique". Le patron Rhodanien justifie d'ailleurs ce choix en comparant sa situation à celle du PSG : "C'est l'opportunité d'accéder à un marché aussi important que la Chine et de se mettre en harmonie avec une économie libérale où le financement se fait non pas par des fonds d'Etat, qui sont des subventions déguisées, mais par l'intérêt qu'in investisseur porte à un groupe en plein développement comme le notre, en visant la rentabilité."

Ambitieux, Aulas est conscient que cet accord ne permettra pas de concurrencer le Paris Saint-Germain : "Petit à petit, on va arriver à concurrencer les grands clubs européens, sauf le PSG, si on n'arrive pas à changer la règle. Mais je crois savoir que la Fédération et la Ligue sont en train de réfléchir à une régulation qui permettrait de garder un Championnat attractif." Même si des recrues à coups de millions ne sont pas attendues cette saison, l'homme d'affaire pense au futur : "On a fait ce qu'on avait à faire cette année (en terme de recrues) Mais on va pouvoir préparer le futur." Et, grâce à des "résultats financiers largement positifs" obtenus pour la première fois "depuis de longues années" avec l'investissement d'IDG Capital Partners, l'avenir s'annonce radieux pour l'OL.