OL - Jean-Michel Aulas s'explique sur le cas Genesio


Le président Lyonnais reste inflexible.
OL - Jean-Michel Aulas s'explique sur le cas Genesio

Malgré l'impatience de son entraîneur, Jean-Michel Aulas ne compte pas se précipiter pour prolonger Bruno Genesio. Il rappelle ce lundi qu'il attendra la fin de la saison pour prendre une décision sur son cas.

Jeudi dernier, Bruno Genesio a affiché son désaccord avec son président, en déclarant son désir d'être fixé sur son avenir avant la fin de la saison, où il arrivera en fin de contrat. "C'est important de le savoir assez tôt. Avant le mois de mai, parce qu'après la saison est finie. Mon président n'est pas d'accord ? Comme quoi, je ne suis pas tout le temps d'accord avec lui", a-t-il lancé dans un sourire. Une subversion qui n'a pas infléchi la position de Jean-Michel Aulas, toujours déterminé à attendre l'issue de cet exercice 2018-2019 pour faire un point sur la situation de son entraîneur.

"Je me suis mis d'accord avec Bruno pour qu'on discute, en fin de saison, à partir d'objectifs déjà, en partie, atteints", souligne JMA dans les colonnes de L'Equipe ce lundi. "L'un d'entre eux était de nous qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Il y en a un autre qui est lié à un retour en C1 au terme de cette saison. Cela ne veut pas dire que si on l'atteint, on va signer les yeux fermés. On va discuter. Et s'il n'est pas atteint, ça ne veut pas dire qu'on ne va pas le reconduire. Je dis simplement qu'on s'est mis d'accord à cent pour cent sur une procédure. Je pense, à l'instant T, que c'est la meilleure et la plus opportune. Dans l'intérêt de l'OL mais aussi de Bruno."

Aulas demande à Genesio de lui faire confiance

"Très satisfait" du coach qu'il avait promu fin 2015 suite au départ de Hubert Fournier, qui bénéficie selon lui de "la confiance des joueurs et des dirigeants", le patron du club rhodanien veut prendre son temps pour régler son avenir et lui demande de lui faire confiance. "J'ai une confiance totale en Bruno. Il faut que la réciprocité soit vraie", poursuit-il. "La confiance est supérieure aux engagements écrits quand on a affaire à une personne qui est à la fois l'actionnaire et le président. On n'est pas dans un cas où la personne qui va discuter avec lui est de passage à l'OL."

OL GENESIO AULAS

Lyon

Bruno Génésio