OL - Le coup de pression des Bad Gones sur Aulas

Commentaire(s)
OL - Le coup de pression des Bad Gones sur Aulas
Les Bad Gones ont exprimé leur lassitude.

Vainqueur de Metz vendredi soir (0-2), l'Olympique Lyonnais s'est quelque peu rassuré avant une semaine intense marquée par les réceptions de la Juventus Turin en Ligue des Champions (mercredi, 21h) et de Saint-Etienne (dimanche, 21h). Pourtant, quelques dizaines de membres des Bad Gones étaient présents ce dimanche sur le parvis du Groupama Stadium afin de manifester leur inquiétude mais surtout leur lassitude de voir leur équipe incapable d'enchaîner les bons résultats depuis plusieurs mois. Devant l'antre lyonnaise, ils ont déployé une banderole sur laquelle était inscrit le message suivant : "Méthode Coué, valeurs et identité envolées, supporters baladés… Président, où est passé notre OL?"

Plus tard dans l'après-midi, le groupe de supporters lyonnais a publié un communiqué dans lequel il a mis la pression sur Jean-Michel Aulas. Ils ont débuté par saluer le bon travail effectué par le président depuis toutes ces années à la tête du club. "Nous vous avons toujours fait confiance et ne vous avons jamais mis de bâtons dans les roues, car nous croyons à ce modèle", puis les critiques et les attentes sont arrivées. "Aujourd’hui nous désespérons. […] Nous désespérons, pas seulement de cette 11e place (7e actuellement, ndlr) indigne de l’OL, mais surtout de l’ambiance qui règne autour de notre équipe première. Où est passée notre haine de la défaite? Notre rage de vaincre et de voir briller les couleurs de l’OL?" ont-ils écrit, puis d'inviter le président à réagir. "Monsieur le président, arrêtez de balader les fidèles supporters que nous sommes, sortez le nez de vos résultats financiers et regardez l’exaspération qui monte en face ! Elle n’est pas seulement le fait d’accros aux réseaux sociaux à la vision court-termiste et d’analystes à la petite semaine. Ce n’est pas en vous en prenant à toute la fange journalistique française, et Dieu sait que nous ne les portons pas dans notre cœur, que notre équipe ira mieux. Occupez-vous des vrais responsables: le staff, les joueurs, et votre communication". Le message est passé.