OL - Les vérités de Genesio sur la fin du mercato lyonnais

Commentaire(s)
OL - Les vérités de Genesio sur la fin du mercato lyonnais
Bruno Genesio (OL) a défendu le mercato estival réalisé par son club. MERCATO

Le mercato estival 2016-2017 a fermé ses portes la nuit dernière à minuit. Si l'OL s'est démené pour se renforcer, le club rhodanien a fait chou blanc. Présent en conférence de presse ce jeudi midi, Bruno Genesio, le technicien rhodanien qui fête ce jour ses 50 ans, est revenu sur ses dernières heures mouvementées mais vaines.

Depuis plusieurs jours, l'Olympique Lyonnais avait clairement défini sa priorité : un attaquant de complément, et de bon niveau, était recherché pour venir épauler et/ou concurrencer l'inamovible Alexandre Lacazette. La large défaite concédée à Dijon samedi dernier avait même conforté les décideurs rhodaniens dans leur volonté de renforcer leur ligne offensive, bien amorphe lorsque leur international français se retrouve sur le flanc. "On aurait souhaité renforcer notre équipe avec l’apport d’un ou deux joueurs offensifs. L’idée était de prendre un joueur susceptible de remplacer Alexandre (Lacazette) quand on en avait besoin. Il y avait deux profils possibles, un plus athlétique, l’autre plus un profil à la Alex", a rappelé Bruno Genesio en préambule de son intervention devant les médias. Ainsi, dès samedi soir, la cellule de recrutement lyonnaise a multiplié les appels et les pistes.

Quatre joueurs ont donc été couchés sur les petits papiers lyonnais. Les dirigeants rhodaniens ont essayé d’obtenir le prêt de Juan Iturbe (AS Roma). Pour ne pas mettre tous leurs oeufs dans le même panier, ils se sont également positionnés sur des anciens de la maison comme Nilmar, Fred ou encore Clinton Njie. Quatre dossiers qui ont tous connu des conclusions négatives : "Pour Juan Iturbe, on était tombés d’accord avec la Roma mais au dernier moment, ils ont refusé car ils ont prêté un autre joueur. Ce qui nous a mis dans une situation embarrassante. Concernant Nilmar, pour des raisons extra-sportives, l’accord n’a pas pu être trouvé. On a pensé aussi à Fred ou Njie. On avait d’autres possibilités. On a travaillé dans ce sens. Mais on n’a pas pu concrétiser dans les dernières heures", a-t-il expliqué. Reste, toujours, la possibilité de signer un joueur libre de tout engagement. Une perspective qui ne séduit pas outre-mesure l'entraîneur lyonnais : "Il y a encore la possibilité d’engager un joueur libre mais ça ne sera que pour le championnat", a-t-il rappelé.

Genesio et l'OL ont tout tenté

Sauf surprise, l'Olympique Lyonnais évoluera donc, au moins jusqu'à la prochaine fenêtre des transferts, avec son effectif actuel. Une donnée dont semble s'accommoder Bruno Genesio : "J’ai différentes solutions. Maxwel Cornet peut jouer en pointe. Je peux aménager un système différent. Il n’ y a pas de numéro 2 derrière Alexandre Lacazette. Il y a des solutions envisageables, envisagées", a-t-il confié devant les médias. Cette fin de mercato, ratée selon certains observateurs du club, a-t-elle contrarié le technicien de l'OL. Visiblement pas puisque ce dernier a tenu à saluer le travail réalisé par sa cellule de recrutement : "On a tout tenté. Je veux remercier Vincent Ponsot et Florian Maurice pour tout ce qu’ils ont fait pendant ce mercato. On a travaillé non-stop ces derniers jours. On aurait souhaité renforcer notre équipe avec un ou deux joueurs offensifs. C’était bien parti hier soir mais ce n’est pas allé au bout. Je suis aussi content de n’avoir pas perdu plus de joueurs...", s'est-il félicité.

"On a recruté des joueurs d’expérience et de qualité dans le secteur défensif. Tout le monde a tout fait pour atteindre nos objectifs dans le secteur offensif. Pour moi un mercato réussi est un mercato où l’on se renforce, pas un mercato où on empile les joueurs. Hier, au dernier moment nous avons eu beaucoup de suggestions qui ne nous intéressaient pas. Je ne voyais pas l’intérêt de prendre pour prendre. Il aurait fallu trouver le bon joueur qui correspond au style de l’équipe et qui s’intègre rapidement", a-t-il poursuivi. Avant de conclure, droit dans ses bottes et plus que jamais déterminé à aller de l'avant : "Soit je m’apitoie sur mon sort, soit je me dis que j’ai un effectif qui tient la route. C’est la bonne manière pour avancer et être performant. L’an dernier on a montré qu’on a su être performant. On avait des ressources." Des ressources que les Lyonnais, inquiétants en Bourgogne le week-end dernier, pour ne pas dire plus, devront vite retrouver. La Ligue des Champions, traversée sans relief la saison dernière, se rapprochant à grand pas.