OL - Ndombele revient sur l'affront de Moscou et donne les clés pour Metz

Commentaire(s)
OL - Ndombele revient sur l'affront de Moscou et donne les clés pour Metz
Ndombélé et l'OL veulent rattraper le temps perdu OL METZ 32E JOURNéE L1

Lyon a du retard à combler. Après un hiver terrible, les Lyonnais se déplacent à Metz pour rattraper le temps perdu, ce dimanche (17 heures). Tanguy Ndombele a évoqué ce rendez-vous auprès du Progrès.

Rennes, Caen, CSKA Moscou... la liste des désillusions hivernales de l'OL est longue. Sortis de la coupe de France, mais surtout de la Ligue Europa, les Lyonnais n'ont plus que le championnat à jouer. "On veut gagner les sept derniers matches pour atteindre l'objectif podium", assume Tanguy Ndombele dans un entretien accordé au Progrès. Alors que Moscou jouait Arsenal cette semaine, les Rhodaniens étaient au centre d'entraînement... Un gros mal pour un petit bien : "depuis janvier, cela ne nous était plus arrivé d'avoir une semaine entière pour travailler."

Rater la finale dans leur propre stade reste un crève-coeur pour l'OL. Si le milieu apprécie de pouvoir "se concentrer sur notre dernier objectif", il "préférerait encore avoir deux matches par semaine et être encore en cours pour l'Europe." Les blessures et le manque de concentration ont eu raison des ambitions rhodaniennes. "On a connu une série où l'on n'a fait que des faux pas", reconnaît Ndombele. Le joueur reste modérer, "ça peut arriver." Depuis, les hommes de Bruno Genesio ont enchaîné deux victoires, dont une, très importante au Vélodrome...

Il s'agit désormais de continuer. Après Toulouse, Metz, un match "dangereux" pour Ndombele. Les écueils à éviter sont nombreux. "Ne pas tomber dans la faciliter", "se concentrer", tels sont les mots de la sentinelle avant d'affronter la lanterne rouge... L'ancien Amiénois tient à le rappeler, "si on est quatrièmes, c'est notre faute". Après des points contre Lille, Angers ou Bordeaux, alors qu'ils menaient de deux buts, il faudra une concentration de tous les instants en Lorraine. L'OL n'a pas le choix : "il ne faut pas qu'on se loupe."