OM - Ça grince en attaque

Commentaire(s)
OM - Ça grince en attaque
L'attaque olympienne a du mal en ce début d'année.

Muet face à Angers samedi, l'Olympique de Marseille a de nouveau paru limité dans le secteur offensif. Un fait qui a tendance à se répéter ces dernières semaines.

En l'absence de Dimitri Payet lors de la réception du SCO Angers samedi (0-0, analyse et notes), l'OM a manqué de magie sur le front de l'attaque. Bien qu'ils aient eu la maîtrise du ballon, les Olympiens ont joué de manière stéréotypée, sans réussir à déstabiliser un bloc angevin qui venait au Vélodrome pour évoluer de la sorte. Au niveau tactique, comme l'a laissé entendre André Villas-Boas après le match, Stéphane Moulin a donc remporté la seconde bataille, après avoir perdu la première au stade Raymond Kopa lors de la phase aller (victoire 0-2 de l'OM).

Mais au delà des schémas et des idées des deux entraîneurs, les Phocéens ont une nouvelle fois semblé à court d'idée dans le secteur offensif. Titulaire dans le couloir gauche suite à la suspension de Payet, Radonjic n'a jamais été en mesure de faire parler sa vitesse et sa qualité de dribbles. Légèrement mieux sur le côté droit, le Serbe n'a pas non plus crevé l'écran. Son pendant à droite au coup d'envoi, Maxime Lopez, n'a pas été plus en vue. Titulaire pour la première fois depuis plusieurs mois, le petit milieu de terrain a de nouveau montré ses lacunes lorsqu'il est positionné sur un côté. Plus à l'aise dans le coeur du jeu, son poste naturel, il n'a pas pesé sur le jeu de son équipe.

Un mois de février charnière

En pointe, Dario Benedetto est encore à la recherche de son premier but de l'année 2020. Muet lors des quatre derniers matchs de l'OM, l'Argentin n'a inscrit que trois petits buts depuis septembre. Un bilan bien maigre par rapport à ce qui est attendu de lui. Peu servi dans les 16,50 mètres face au SCO, il a vainement pris sa chance de loin, sans grande conviction. Entré en jeu en cours de match, Valère Germain n'a pas davantage brillé, lui qui n'a plus marqué depuis septembre et un but inscrit face à Montpellier (1-1). Symbole de leurs difficultés offensives, les Marseillais n'avaient pas cadré le moindre tir à la pause pour la quatrième fois de la saison à domicile en L1.

Depuis le début d'année, les hommes d'André Villas-Boas ont, certes, remporté leurs trois rencontres précédentes face à Trélissac, Rennes et Granville, mais à chaque fois de manière poussive, notamment en attaque. En championnat, s'ils conservent tout de même cinq points d'avance sur Rennes, les Phocéens seraient bien inspirés de faire honneur à leur slogan "droit au but", eux qui devront se déplacer à Bordeaux, Saint-Etienne et Lille et recevront Nantes, entre autres, au mois de février...