OM - Amavi sifflé, Villas-Boas s'en prend aux supporters

Commentaire(s)
OM - Amavi sifflé, Villas-Boas s'en prend aux supporters
Jordan Amavi a encore essuyé les sifflets du Vélodrome. 8E JOURNéE L1

Cela fait quelque temps que Jordan Amavi se trouve être la cible du Vélodrome. Hier encore, face au Stade Rennais (1-1), le latéral gauche Marseillais a essuyé les sifflets de ses propres supporters. Sorti dès la mi-temps par André Villas-Boas, il a néanmoins reçu le soutien de son entraîneur après la rencontre. "Je n’ai pas apprécié les sifflets envers Amavi. Je ne comprends pas. Quand tu tues un de tes propres joueurs, tu tues l’équipe. Ensuite ça va se passer pour un autre joueur, puis un autre ? Pour moi c’est intolérable", a pesté le portugais.

"Je ne suis pas responsable du comportement des fans. Ils représentent tout ce qui est l’OM. Je ne siffle pas un joueur de mon équipe. Je peux siffler le collectif, mais pas cibler un joueur. Pour moi, c’est incroyable", a poursuivi AVB. "Ils nous ont poussés en deuxième mi-temps, mais on tue un joueur comme ça. Je n’ai pas apprécié. Jordan aura des opportunités, je compte sur lui. Après, évidemment, un joueur qui sort à la mi-temps va manquer de confiance. (...) Mais si l’ambiance du Vélodrome te tue un joueur... Pour moi, c’est incroyable. Ce n’est pas acceptable, mais bon, je ne représente pas les fans de l’OM, et je ne veux pas faire de critiques (...) Je ne suis pas le meilleur coach du monde, mais je sais qu’avec les individus, tu dois avoir du respect. Ces personnes mouillent le maillot. Bien sûr, ils prennent de l’argent pour ça, ce sont des professionnels. Quand il volait, quand vous êtes arrivés en finale de la Ligue Europa, il n’y avait pas ces discussions. Maintenant, c’est à moi de trouver le meilleur du joueur et lui apporter des solutions."