OM - Duje Caleta-Car revient sur ses débuts catastrophiques

Commentaire(s)
OM - Duje Caleta-Car revient sur ses débuts catastrophiques
Caleta-Car a eu du mal à se mettre dans le bain

Duje Caleta-Car est revenu, en conférence de presse, sur ses difficultés lors de son arrivée à l'Olympique de Marseille, à l'été 2018. Le Croate a eu du mal à se mettre dans le bain après le titre de vice-champion du Monde.

Très rare devant les médias, Duje Caleta-Car a fait son apparition dans la salle de presse de la Commanderie ce lundi après-midi. Le défenseur marseillais de 23 ans, arrivé il y a un peu plus d'un an pour une vingtaine de millions d'euros, démontre enfin ses qualités sous les ordres de Villas-Boas et justifie la somme colossale investie par l'OM. Très critiqué l'an passé, le vice-champion du monde avec la Croatie en 2018 est revenu sur son intégration délicate et difficile. En effet, l'an passé, il n'était que l'ombre de lui-même et s'était rapidement mis en difficulté, notamment en réalisant une première apparition affligeante face à Nîmes en août 2018.

"A Marseille, j'ai eu des moments difficiles surtout après la Coupe du Monde. J'ai eu du mal à revenir à ma meilleure forme. En deuxième partie de saison, je me suis senti beaucoup mieux. Maintenant, j'ai retrouvé ma forme que j'avais lorsque je jouais à Salzbourg. Je me sens bien et je me sens de plus en plus confiant à chaque match" explique-t-il, ravi. Cette saison, le natif de Sibenik compte 12 apparitions en Ligue 1 (9 titularisations) pour un but marqué, face à Rennes (J8). Ses statistiques défensives sont plutôt propres avec 1 interception par match en moyenne, 1,1 tacle et presque 4 dégagements (3,9). Très solide, du haut de son mètre quatre-vingt douze, l'ancien de Salzbourg remporte deux tiers de ses duels (4,3 par matchs, 67%).

Caleta-Car peut aussi compter sur le soutien de l'expérimenté Alvaro, arrivé cet été en cité phocéenne. Selon le Croate, l'Espagnol fait un bien fou à la jeune défense phocéenne et dispose d'un rôle de mentor auprès du Croate. "Nous les jeunes (Kamara, Perrin et lui, ndlr), on a tous à apprendre de lui, parce qu'il est très expérimenté et qu'il a évolué dans le championnat espagnol. Quand on est sur le terrain, c'est lui qui nous guide. On aime jouer avec lui, il nous manque. J'espère qu'il reviendra vite sur le terrain pour continuer ce rôle de guide". Caleta-Car, la confiance retrouvée...