Facebook Twitter Google+

OM - Gestion du Vélodrome : Jacques-Henri Eyraud tape du poing sur la table !

JH Eyraud veut récupérer l'exploitation du stade Vélodrome.
OM - Gestion du Vélodrome : Jacques-Henri Eyraud tape du poing sur la table !

À l'occasion de son point presse de fin de saison, Jacques-Henri Eyraud a longuement évoqué les négociations qu'il mène avec Arema concernant l'exploitation du stade Vélodrome. Elles sont beaucoup trop lentes à son goût !

Jacques-Henri Eyraud a sorti le rétro-projecteur du placard ! Bilan de fin de saison oblige, le président de l'Olympique de Marseille avait préparé un joli powerpoint pour revenir sur les dix derniers mois du club phocéen et faire ses projections sur l'avenir. Au coeur de son intervention médiatique, JHE avait placé le sujet délicat de la gestion du stade Vélodrome. En pourparlers depuis le mois d'octobre avec Arema, gestionnaire de l'enceinte, il considère que les négociations traînent en longueur et attend désormais des avancées concrètes.

"Quand on regarde les clubs du top 20 européen, ils sont soit propriétaires, soit gestionnaires de leur stade", a-t-il constaté. "Il faut qu'on le fasse pour rentrer dans le top 15. Des négociations sont en cours avec Arema, mais elles prennent trop de temps. Elles doivent maintenant aboutir. Je veux que ce soit le cas avant le début de la saison prochaine. Je l'ai déjà dit deux fois, je vais arrêter de le dire. On ne pourra pas exécuter notre plan si on ne voit pas d'esprit de collaboration qui fait que tout le monde tire dans le même sens."

Eyraud veut tout changer

Pour étayer son propos, le président Olympien a pris en exemples les perfectionnements qu'il souhaiterait apporter au Vélodrome s'il en était l'opérateur. "Mon rôle est de ne pas me satisfaire de l'existant, donc je reconnais que la lumière du stade n'a pas été conçue avec la technologie LED [...] Je peux aussi vous parler de la sono, en-dessous de ce que j'ai pu entendre dans la quasi-totalité des clubs de Ligue 1. On veut aussi travailler sur d'autres zones d'hospitalité et on est prêt à investir là-dessus. Et puis, la pelouse, je peux vous dire que j'ai pris une sacrée leçon à Guingamp... On veut construire le plus beau musée d'un club de foot en France, mais on n'investira pas dans un projet comme ça sans être opérateur du stade Vélodrome."

L'OM, qui paie un loyer de 5 millions d'euros par an (plus une part variable liée à la billetterie et aux résultats), impose par la voix de son président une pression sur Arema. "On ne va pas prendre nos valises et quitter Marseille, mais je crois que dans l'ambition qui est la nôtre, c'est un levier important. On veut des négociations équilibrées, justes, équitables, où chaque partenaire tire un intérêt. À partir du moment où l'on sera prêt à arriver à ce résultat-là, on aura un accord." Apparemment, ce n'est pas pour tout de suite !

OM Vélodrome Eyraud Arema

Publié par ,

Marseille