OM - Le sentiment de honte d'André Villas-Boas

Commentaire(s)
OM - Le sentiment de honte d'André Villas-Boas
Villas-Boas n'a pas du tout aimé la première période de l'OM. 16ES CDL

André Villas-Boas s'est montré passablement énervé en conférence de presse hier, après l'élimination de l'OM face à Monaco (défaite 2-1). Le technicien, qui a honte de la première mi-temps de ses hommes, a prévu une discussion avec son groupe.

Giflé à Paris dimanche soir (4-0), l'Olympique de Marseille n'a pas profité de la Coupe de la Ligue pour repartir de l'avant. Les Olympiens quittent la compétition dès les 16es de finales suite à leur défaite à Monaco (2-1, analyse et notes) ce mercredi soir. Malgré la réduction du score marseillaise en fin de match, André Villas-Boas a enragé contre la piètre première période réalisée par ses hommes.

"Oui c'est vrai qu'en première mi-temps on a été honteux. On en a parlé à la pause, ce n'est pas possible. On a rien respecté. Pas seulement au niveau du jeu mais sur l'aspect de l'intensité et de l'agressivité. C'est incroyable de faire la comparaison entre la première mi-temps et la deuxième mi-temps. Si on a la capacité physique, l'intensité, la capacité émotionnelle pour jouer une deuxième mi-temps comme ça, c'est impossible qu'on joue en première mi-temps comme on a joué. On a bien parlé à la pause pour donner une réponse vu qu'on avait déjà encaissé deux buts. Il vient (le but marseillais) trop tard pour revenir dans le match. On cherche des réponses pour ça. On cherche des réponses dans les systèmes dans le jeu, mais c'est vrai qu'on doit jouer mieux avec plus d'intensité et d'agressivité. C'est ça qu'on cherche" a pesté le coach portugais.

Mais le Portugais ne s'est pas arrêté là. Toujours face aux médias, le technicien a assuré qu'il n'allait pas remettre en cause publiquement ses joueurs mais promet une discussion avec son groupe. "C'est une honte d'autant que les supporteurs étaient là pour nous, de la première à la dernière minute. Maintenant, il faut le leur rendre. Il n'y a pas trop de pression pour les joueurs. Il manque un peu de qualité. Et c'est aux anciens de respecter les jeunes" glisse-t-il. "Par exemple, Marley Aké est sorti à la mi-temps alors qu'il avait fait un bon match. Mais l’équipe avait besoin d'un peu d'expertise et d'expérience. On parlera de tout ça entre nous. Je ne suis pas le genre de coach qui remet en cause les joueurs publiquement". Les murs devraient trembler à la Commanderie...