Facebook Twitter Google+

OM - Garcia : "On a besoin de joueurs qui en ont" (compte-rendu)

Retrouvez le compte-rendu de la conférence de presse de Rudi Garcia et de Dimitri Payet...

Rudi Garcia et Dimitri Payet quittent la salle de presse

Merci de nous avoir suivi, et à très vite sur nos antennes !

Les problèmes sur coups de pieds arrêtés

Rudi Garcia : "Les buts sur coups de pieds arrêtés ? Contre Rennes c'était un marquage individuel justement. On a des préférences bien précises et à cet endroit du coup-franc, on demande un marquage individuel, sauf que sur les 5, un n'y était pas. Et dans la position du joueur en dehors de la surface, elle n'a pas été respectée non plus. Faire des erreurs, ça arrive, mais les répéter, ça devient gravissime."

Le poste préférentiel de Payet

Dimitri Payet : "Si jouer numéro 10 me manque ? C'est une question de merde ça (rires). Même quand je joue à gauche, je me retrouve très souvent dans l'axe. Mon jeu est amené à être attiré dans l'axe, peu importe ma position, je suis au coeur du jeu."

Payet : "On en a déjà trop dit"

Dimitri Payet : "Je pense que demain il n'y aura pas grand chose à dire. On s'est déjà tout dit, on a travaillé sur des points importants à l'entraînement. On en a déjà trop dit, demain il faudra juste gagner."

Les critiques sur son choix ?

Rudi Garcia : "Romain Danzé ? Chacun dit ce qu'il veut, j'ai autre chose à faire que d'écouter les critiques des uns des autres. Hiroki avait fait le tour du monde avec son équipe du Japon, et j'en profite pour dire que j'avais demandé qu'il ne joue pas le deuxième match vu qu'ils s'étaient qualifiés dès le premier. Et il a joué en entier le second... Au bout d'un moment, il faut aussi pouvoir laisser récupérer les joueurs. Et la qualité de Bouna Sarr, vous le verrez à l'avenir, sur le poste de latéral droit, il est capable de nous amener des buts et des passes décisives. Quand on perd, on est toujours critiqué, et on a toujours des fautes."

La sortie de Sakai en première période ?

Rudi Garcia : "Je ne suis pas là pour faire plaisir aux joueurs. J'aurai pu sortir les 9 autres. Après, on avait des difficultés sur ce côté là avec la vitesse de Mubélé. On avait aussi des difficultés dans l'axe ou à gauche. Ça ne sert plus à rien de regarder Rennes ou des cas individuels comme Hiroki. L'important c'est demain". 

Des discussions ininterrompues avec Eyraud et Zubizarreta

Rudi Garcia : "On échange tous les trois tout le temps, quand bien même Andoni n'est pas à la Commanderie en ce moment, il est en repos bien mérité. On doit respecter une structure d'équipe pour être plus équilibrée. C'est important et c'est la richesse de notre équipe". 

Des armes offensives intéressantes

Rudi Garcia : "On a concédé trop de tirs aux buts sur ces derniers matchs. Si on veut bien défendre, il faut bien conserver le ballon et pas chercher la passe décisive trop tôt. On a assez de talents devant pour marquer, la preuve en est puisqu'on a marqué un but à chaque match sauf à Ostende. Quand on aura tout le monde, Mitroglou y compris, on aura une belle palette offensive. C'est pour ça qu'on doit avoir le ballon pour marquer."

Garcia veut une équipe plus équilibrée

Rudi Garcia : "Chacun doit rester dans son rôle. On doit avoir un équilibre d'équipe, à l'inverse de Rennes. Si on a été sanctionnés de 18 fautes, on a combattu qu'en deuxième période. Mais l'équipe était certainement trop éparpillée. À force de vouloir bien faire, des fois on déjoue."

Mode guerrier activé

Rudi Garcia : "Il y a des leaders qui veillent à cet esprit de guerrier. Il faut que ce soit des actes, pas que des paroles. Il faut rentrer en mode guerre en ce moment, gagner des batailles qui sont des matchs. On doit montrer notre caractère et la personnalité sur le terrain. On a besoin de joueurs qui en ont. Des joueurs qui ne rétrécissent pas au lavage en rentrant au Vélodrome."

La C3 ? Un vrai objectif pour Payet

Dimitri Payet : "On s'est battu pour arriver là. On est à notre place aujourd'hui. Je pense que la LDC est trop loin pour nous. On doit se forger un caractère, la jouer. On a un groupe jeune, qui doit apprendre sur le plan européen. Aujourd'hui, tout le monde joue plus ou moins le jeu dans cette compétition. Quand on voit Lyon l'an passé ou d'autres qui la jouent sérieusement, ça fait du bien. On se frotte aux grosses équipes européennes."

Qui va tirer les pénaltys cette saison ?

Rudi Garcia : "Les pénaltys ? Il y a une liste de 3 tireurs, si le premier de la liste est sur le terrain, il le fera. Dimitri est dans les 3."

Les vidéos sur Evra ?

Rudi Garcia : "Les vidéos de Patrice Evra ? On n'a pas notre mot à dire. On a fait un brieffing en début de saison pour ça. Quand on est l'OM, on intervient pas à titre individuel. S'il y a des choses à voir, on les verra, mais là je n'ai rien à dire."

Rod Fanni dans la liste UEFA ?

Rudi Garcia : "Rod Fanni était à l'entraînement mais il n'y a pas de changement dans la liste UEFA". 

Les critiques autour de Patrice Evra

Rudi Garcia : "Il n'y a pas de gestion particulière sur aucun de mes joueurs. J'ai autant d'amour pour les uns que pour les autres. Personne n'est titulaire indiscutable, c'est à chacun de prendre la place, comme Max' (Lopez) l'an passé. Sur le dernier match, et la première période, vous me parlez de Pat', mais tout le monde est à blâmer. Il faut faire confiance aux joueurs, ceux qui sont performants jouent. Je ne regarde pas le statut, ou l'âge des joueurs. Ce n'est pas après deux défaites qu'il faut perdre la tête. Il faut garder la tête froide et ne pas tout remettre en cause. Ça urge de gagner car on est des compétiteurs."

Rudi Garcia détaille les forces de Konyaspor

Rudi Garcia : "C'est une équipe bien regroupée, avec deux bons milieux de terrains. Un côté gauche rapide, et des attaquants de qualité. C'est une équipe à prendre très au sérieux. Ils vont nous donner du fil à retordre. Qu'importe qui que ce soit en face de nous, on doit avoir une motivation extrême pour les battre, une combativité aussi. C'est important de défendre tous ensemble, mais également d'attaquer tous ensemble. Ce n'est pas un problème de défense, mais d'animation défensive".

Le rôle des cadres

Dimitri Payet : "On a le devoir de calmer l'équipe, de les rassurer. C'est plus compliqué quand on fait des entames où l'on prend deux buts en 10 minutes. Les joueurs d'expériences prennent la parole, et tentent de faire progresser l'équipe". 

Payet veut ramener le Vélodrome avec lui

Dimitri Payet : "Ça doit nous amener de la fierté, du courage, pour renverser la situation. J'aime le club quand le Vélodrome est comme ça aussi, il faut le ramener vers nous car le public attend autre chose."

Garcia envoie un message aux supporters

Rudi Garcia : "Peu importe le système, c'est l'implication et la volonté des joueurs qui changent le jeu. Il faut que le Vélodrome reste un atout, c'est fantastique, mais les joueurs ont plus besoin du soutien de leur public que de ne pas être soutenu. C'est à nous de mettre le public derrière nous. Le communiqué des South Winners ? Je n'ai rien à répondre, je travaille avec mon groupe. La faible affluence, c'est dommage. Plus le Stade sera rempli, mieux ce sera pour nous."

Le manque de public "emmerde" Payet

Dimitri Payet : "Oui ça m'emmerde. Quand on ira jouer à l'extérieur, comme en Turquie, on sera accueilli dans des stades en feu. Le Vélodrome doit être plein, comme l'a dit le coach. C'est dommage". 

Le même XI contre Rennes ?

Rudi Garcia : "Je peux remettre les mêmes pour qu'ils se rachètent. Mais déjà, il n'y aura pas les 11 mêmes vu que Aymen et Steve sont absents. Les choix seront orientés en fonction de Konyaspor. Un changement de système ? Oui j'y réfléchis, pour gagner le match. On fait des choses à l'entraînement, qu'on a déjà fait en préparation et qu'on peut mettre en application. Dans un moment avec deux défaites consécutives, qui ne devrait pas arriver, on peut aussi être tenté de donner une sécurité à l'équipe en offrant un système que les joueurs connaissent bien". 

La Coupe d'Europe motive les joueurs

Rudi Garcia : "Les critiques ? Peu importe, ce qui compte c'est de travailler avec les gars. On doit rentrer en mode guerrier dans ce match de jeudi. On sort de la Ligue 1 pour retrouver une autre compétition. Rien que dire 'Coupe d'Europe' c'est quelque chose de très important. On devra être au rendez-vous demain soir". 

Garcia confirme le forfait de Mandanda

Rudi Garcia : "Oui, Steve est forfait. J'ai pour habitude de me concentrer sur les valides. Dieu sait que Yohann est un très bon gardien. Il l'a démontré la saison passée. On est tranquille avec les deux gardiens. Il faut faire avec les valides, et l'ambition est de gagner le match de demain. Il n'y a pas d'excuses à trouver à l'avance. Quand on aura récupéré tout le monde, on sera plus complet, on aura plus d'options, ce sera mieux pour l'OM. Avec la C3, on a plus de matchs à jouer donc on sera mieux avec l'effectif au complet. Mais pour le moment, il faut mettre la qualité et l'implication sur le terrain. Certains auront moins de repos, mais il faut s'adapter". 

Rudi Garcia déterminé à gagner

Rudi Garcia : "Les critiques ? Il faut gagner le prochain match, il n'y a rien d'autres à faire. On travaille pour ça, il faut trouver les solutions, mais il faut gagner jeudi et dimanche. Maintenant, il faut se concentrer sur cette nouvelle compétition, on a bataillé pendant 7 mois, plus 4 matchs au début de saison pour ça. Il faut absolument qu'on croque à pleine dents là-dedans. C'est un mini-championnat. Chaque match est important, on est chez nous et on veut bien démarrer. Il n'y a que ça qui nous anime, il n'y a pas de temps à perdre". 

Les critiques ? Payet n'en tient pas rigueur

Dimitri Payet : "Les critiques ? Je vois ça de loin, j'entends, je lis, mais ça fait 10 ans que je joue, je connais bien, surtout ici. Les moqueries, il y en a plus qu'ailleurs. Ça ne me touche pas. C'est pour faire du buzz". 

Des éléments "regrettables" dans la défaite à Rennes

Dimitri Payet : "Au delà de la défaite, ce qui est dommageable et inquiétant c'est le manque d'impact dans les duels, le manque de révolte. Quand on n'a pas ces critères, c'est difficile de renter dans un match". 

La défaite toujours présente

Dimitri Payet : "La défaite est évidemment dans un coin de la tête mais surtout pour se dire ce qu'on a mal fait, et les rectifier. On doit gommer les erreurs qu'on a pu faire pendant ce match. Oui, on en a parlé après le match, et aussi le lendemain. On a parlé de ce qu'il fallait, et on s'est dit que c'était passé. Aujourd'hui, il faut regarder devant."

Le contexte

Après deux grosses claques reçues dernièrement (6-1 contre Monaco, 3-1 contre Rennes), les Phocéens doivent se relever dès demain face à Konyaspor en Ligue Europa. Rudi Garcia, l'entraîneur, répondra aux questions de la presse, comme son capitaine Dimitri Payet. 

Bonjour...

Et bienvenue sur le live commenté de la conférence de presse de l'Olympique de Marseille.

Ligue Europa

Marseille

Dernier match - L1 - 17/09 15h00 Amiens 0-2 Marseille

Prochain match - L1 - 24/09 21h00 Marseille - Toulouse

Dimitri Payet

Âge : 31 ans

Poste : Milieu

Pays : Réunion

Club : Marseille

Rudi Garcia

Âge : 54 ans

Poste : Entraineur

Pays : France

Club : Marseille