à la une

PSG - Fair play financier, le PSG un exemple? Un économiste répond

Nasser Al-Khelaïfi n'a pas daigné à sortir le carnet de chèque pour régler son contentieux avec l'UEFA
Nasser Al-Khelaïfi n'a pas daigné à sortir le carnet de chèque pour régler son contentieux avec l'UEFA

Le Paris Saint-Germain a été récemment sanctionné (même si Nasser Al-Khelaïfi a soutenu qu'il s'agissait d'un accord) par l'UEFA à propos du nouveau règlement qui a été instauré. Un nouveau règlement instauré sous le nom de fair play financier et qui est l'oeuvre, notamment, de Michel Platini. Bastien Drut, économiste, a livré sa vision de la situation, dans les colonnes du Figaro, soutenant la thèse que le PSG est un exemple vis-à-vis des autres clubs européens :

"L'UEFA ne s’attaque pas aux bonnes cibles. [...] le fair-play financier n’atteint absolument pas ses objectifs.[...] À savoir améliorer la santé financière générale du football européen. Le PSG et Manchester City n’ont absolument aucun problème économique."

"Le problème dans le fair-play financier, c’est qu’on ne considère que les déficits et pas les dettes. C’est un peu stupide. Les vrais problèmes économiques des clubs européens, ce sont les 500 millions d’euros d’impôts impayés des clubs espagnols, les 700 millions d’euros de salaires impayés en Europe, le milliard d’euros que les clubs italiens doivent aux banques. Des problèmes graves auxquels on ne s’attaque absolument pas. Ce ne sont pas loin d’être les deux clubs les plus endettés d’Europe qui se retrouvent en finale de la Ligue des champions. C'est paradoxal."