PSG - Idrissa Gueye : il Gana être connu

Commentaire(s)
PSG - Idrissa Gueye : il Gana être connu
Idrissa Gueye, ici au côté de Presnel Kimpembe. 1E JOURNéE LDC

Recruté cet été à Everton, Idrissa Gueye a convaincu les sceptiques et montré, dès sa première sortie en Champions League face au Real Madrid, pourquoi Thomas Tuchel et le PSG ont fourni tant d'efforts pour l'incorporer à leur effectif.

En regardant la déroute du Real face au PSG (3-0), depuis l’infirmerie madrilène, Luka Modric a dû se dire qu’il était bien mieux à soigner ses adducteurs douloureux que sur la pelouse du Parc des Princes ; Casemiro et Toni Kroos, contraints à faire sans lui dans l’entre-jeu merengue, ont vécu un véritable calvaire mercredi soir. L’international allemand, en particulier. Pendant un peu plus de quatre-vingt-dix minutes, il a subi la loi d’un Idrissa Gana Gueye déchaîné et en état de grâce.

Pour sa grande première en Ligue des Champions sous le maillot parisien (il avait déjà participé à la C1 avec le LOSC), le milieu sénégalais (29 ans) a justifié les efforts - pas seulement financiers - consentis par le PSG pour s’offrir ses services cet été. "On a beaucoup combattu pour acheter ce joueur", souriait Thomas Tuchel après le match. "C’est une machine hein ! Il n’arrête jamais de courir, il gagne beaucoup de ballons et contre une équipe comme le Real c’est super important." C’est effectivement contre ce type d’adversaire, plus que face à Toulouse, Metz ou Strasbourg, que l’ancien Lillois donne la pleine mesure de son talent.

Physiquement, il est en mesure d’enchaîner les courses à haute intensité, soit pour se replier en phase de transition défensive, soit pour imposer un pressing très haut sur l’adversaire : positionné en relayeur droit du 4-3-3 de Tuchel, il est parfois monté jusqu’au niveau de Mauro Icardi pour aller perturber la relance des défenseurs madrilènes et la plupart des ballons qu’il a récupérés (2 interceptions, 4 tacles) l’ont été dans la moitié de terrain espagnole. Certains ont même permis d'amener directement le danger dans la surface de Thibaut Courtois, comme sur cette grosse occasion d'Angel Di Maria à l’heure de jeu.

Des statistiques affolantes

Dans l’intelligence de jeu, Gueye s’est aussi distingué par sa propension à bien se déplacer, pour combler un trou entre le milieu et l’attaque ou pour compenser les montées de Thomas Meunier dans son couloir droit. Enfin, techniquement, il a fait preuve d’une grande maîtrise. Capable de se projeter dans la surface adverse pour offrir une situation de but à Sarabia (27ème) ou de combiner dans les petits espaces comme sur son une-deux avec Marquinhos débouchant sur une passe décisive pour Di Maria (2-0, 33ème), il n’a presque rien raté (69 passes réussies sur 73, 3 dribbles réussis sur 3). Sa maîtrise fut encore plus remarquable lorsqu’il a endossé le rôle de sentinelle, après l’entrée en jeu d’Ander Herrera (70ème). Il s’est alors appliqué à conserver le ballon et le faire tourner grâce aux triangles trouvés avec Verratti et l’ex-Mancunien.

C'est indéniable, le profil de milieu complet qu'il présente manquait au PSG depuis plusieurs années. "Il a été monumental ! Il a récupéré tous les ballons pressait l'adversaire", a énuméré Juan Bernat après le match. "On avait besoin d'un joueur comme Idrissa." Le latéral espagnol garde certainement en mémoire la liquéfaction des Parisiens au retour de leur huitième de finale face à Manchester United la saison dernière (victoire 2-0 à l'aller, défaite 1-3 au retour), voire la fameuse "remontada" du Barça en 2017 (victoire 4-0 à l'aller, défaite 1-6 au retour) à laquelle il n'avait pourtant pas pris part. On ne refera pas l'histoire, mais ces couacs retentissants n'auraient peut-être pas existé si Idrissa Gueye avait été un joueur du Paris St-Germain ces soirs-là...