à la une

PSG - Le patron du fair-play financier donne le feu vert pour le transfert de Ronaldo au PSG !

Le PSG va pouvoir se jeter sur Cristiano Ronaldo !
Le PSG va pouvoir se jeter sur Cristiano Ronaldo ! MERCATO

Dans une longue interview accordée au Parisien, le responsable du fair-play financier à l'UEFA, Andrea Traverso, livre les détails de l'accord signé avec le PSG et des perspectives à court et moyen terme du club francilien... Notamment sur le marché des transferts, où l'opération Cristiano Ronaldo est loin d'être proscrite !

Les rêves de grandeur du PSG ont longtemps été hantés par le fair-play financier. Son ombre, menaçante, l'a empêché d'opérer les mains libres pendant plus d'un an (entre mai 2014 et juin 2015), retardant notamment le transfert d'Angel Di Maria, avant qu'une partie des sanctions soient levées (une amende de 40 M€ avec sursis est toujours d'actualité) au début de l'été. Une décision venue récompenser la bonne conduite financière du club de la Capitale, mais qui a surpris. Aujourd'hui, dans les colonnes du Parisien, le patron du FPF s'en explique.

"Cette décision n’a rien de mystérieux", se défend Andrea Traverso, responsable du fair-play financier à l'UEFA. "Il faut revenir à l’origine, en mai 2014, au moment de la signature d’un accord entre le PSG et l’instance de contrôle des clubs. Les différentes restrictions prévues alors devaient effectivement s’appliquer pendant deux saisons. Mais un point de l’accord, confidentiel, prévoyait un possible allègement des restrictions à partir du moment et à la condition que le PSG remplisse certains objectifs financiers", explique Traverso, qui assure ensuite que "le PSG répondait aux attentes de l'instance de contrôle".

Le PSG encore sous contrôle en 2017 ?

Une juste récompense donc, mais aussi un encouragement à poursuivre ces efforts. Car le PSG est loin d'en avoir fini avec le fair-play financier. En fait, il va encore devoir se serrer la ceinture cette saison, puisque l'accord signé en 2014 prévoyait des comptes à l'équilibre en juin 2016, puis la saison suivante (en 2015, un déficit de 30 M€ était autorisé). Pour s'éviter d'avoir à rendre des comptes (et le mot est juste) à l'UEFA jusqu'en 2017, le PSG dispose aussi d'une autre option...

"Il est toutefois possible que l’accord se termine en juin prochain si les pertes cumulées sur 2014, 2015 et 2016 ne dépassent pas 30 M€", détaille Andrea Traverso, qui précise : "C’est possible si le PSG rapporte un résultat positif sur la saison 2015-2016." Avec une grosse activité sur le dernier mercato, symbolisée notamment par l'arrivée d'Angel Di Maria pour 64 M€, il est cependant peu probable de voir les comptes du club francilien afficher un résultat positif dans huit mois et l'accord signé avec l'instance de contrôle des clubs devrait donc toujours être en vigueur l'été prochain... Vous voyez où l'on veut en venir ?

"Le PSG peut recruter Ronaldo"

L'été prochain, c'est justement la date à laquelle le projet parisien va prendre un nouveau virage. Avec la fin de contrat et le départ annoncé de Zlatan Ibrahimovic vers la MLS, le PSG se cherchera une nouvelle tête d'affiche. À ce titre, le nom de Cristiano Ronaldo est celui qui revient le plus souvent dans les coursives du Camp des Loges, même si L'Equipe révélait ce matin que Neymar (Barcelone) ou Robert Lewandowski (Bayern Munich) pouvaient représenter de belles solutions de repli.

Si un éventuel transfert du portugais ne se ferait pas au montant astronomique d'un milliard d'euros, celui de sa clause libératoire, les décideurs Parisiens devront tout de même consentir à casser leur tirelire pour se l'offrir. Quitte à sortir des limites imposées par le fair-play financier ? "Le PSG peut recruter Cristiano Ronaldo", répond Traverso. "Si le PSG fait cela, c’est parce que le club estime qu’il obtiendra un retour sur investissement et des recettes qui permettront de compenser l’amortissement du transfert et le salaire du joueur." Le feu vert des instances est donné, il ne reste plus qu'à convaincre le joueur et son club... Rien que ça !