PSG - Quatre choses à savoir sur Thomas Meunier...

Commentaire(s)
PSG - Quatre choses à savoir sur Thomas Meunier...
Thomas Meunier a signé au PSG dimanche.

Si Serge Aurier comptait sur le recrutement d'un allié « periscopien » pour accompagner ses prochaines envolées, il risque d'être déçu. Car le PSG a enrôlé un farouche travailleur, conscient des progrès qu’il lui reste à faire et à l’intérêt prononcé pour le monde qui l’entoure. On vous propose quatre points importants pour mieux découvrir le Belge.

Un attaquant de formation

Il arrive, dans une carrière de footballeur, que le temps soit propice à un reculement sur le terrain. On s’explique. Un milieu offensif de longue date peut finir par œuvrer comme première rampe de lancement devant la défense dès lors que ses jambes lui semblent plus lourdes. Un milieu défensif peut pour sa part jouir d’une seconde jeunesse en charnière centrale, où sa science de jeu peut s’avérer bonifiée. Pour Thomas Meunier, une pareille mutation a déjà eu lieu. C’est en tant qu’ailier qu’il récite d’abord ses classiques, dans les divisions belges inférieures, et qu’il inscrira plus tard son premier but en Division 1 après... dix minutes de jeu avec le Club Bruges. Le hasard, et probablement le destin, le mèneront enfin à pallier les blessures de certains de ses coéquipiers un cran plus bas. Le début d’une belle épopée. Il peut ainsi remercier Juan Carlos Garrido, l’homme à l’origine de ce replacement.

Un alignement qui aurait pu coûter cher

14 Novembre 2013. La Belgique reçoit la Colombie, pour le compte d’une rencontre amicale à l’alléchant parfum de Coupe du Monde. L’occasion pour Meunier d’endosser pour la première fois la tunique des Diables. Et de faire étalage de ses forces et faiblesses respectives. Malgré un centre exquis dont Benteke n’aura pas su profiter, d’entrée de jeu, c’est bien son alignement douteux sur l’ouverture du score des visiteurs que l’on retiendra. Errant pas moins d’un mètre derrière sa ligne défensive, il laissa le champ libre à Radamel Falcao pour éliminer Simon Mignolet et débrider cette rencontre. Une piqûre de rappel dont les effets pourraient bien ressurgir fin Août prochain, puisque le PSG se déplacera en Principauté, où semble se dessiner le futur proche de l’ancien goleador de l’Atlético. Ou tout du moins de ce qu’il en reste.

Maman, j’ai bien pris l’avion !

S’il y a bien des conseils dont on aurait du mal à se passer, ce sont bien ceux d’ordre maternel. Peu considéré et même écarté par le Standard de Liège, perturbé par des blessures récurrentes, le petit Thomas n’a que quinze ans lorsque lui vient l’idée saugrenue de laisser tomber le football. Chagrinée et soucieuse des rêves premiers de son fils, c’est finalement sa mère, au détour d’une annonce journalistique du Royal Excelsior Virton concernant une journée de détection, qui poussera son protégé à relancer la machine. Histoire de poser les bases d’un sacré voyage initiatique...

Un jeunot féru d’art

Nous n’irons pas jusqu’à dire que vous aurez plus de chances de croiser Thomas Meunier dans des galeries et autres expositions que dans les travées du Parc des Princes, cela serait un brin moqueur. Il n’empêche que l’intérêt porté par le joueur à la culture dénote dans un milieu où l’art est souvent condensé à l’allégresse d’un petit pont, ce qui n’est en rien réducteur, selon maître Pastore. Quand ses coéquipiers s’adonnent à de farouches parties de cartes pour évacuer la pression englobant certains matchs, lui préfère lire, voire dessiner. Espérons trouver parmi ses griffures un morceau de plan. Celui dévoilant la route à emprunter pour s’inviter dans le dernier carré de la Ligue des Champions.