PSG - Que retenir des premières d'Ander Herrera et Pablo Sarabia ?

Commentaire(s)
PSG - Que retenir des premières d'Ander Herrera et Pablo Sarabia ?
Pablo Sarabia et Ander Herrera étaient titulaires à Dresde mardi soir.

Ander Herrera et Pablo Sarabia ont joué leur premier match sous les couleurs du PSG, mardi soir à Dresde. Voici ce qu'on a retenu de leurs prestations...

Le PSG prend un accent espagnol sur l'entame de cette saison 2019-2020. Pour des raisons diverses et variées (départ, instance de départ, retour de sélection), le contingent brésilien n'était pas présent pour le premier match amical de la préparation parisienne hier soir à Dresde (victoire 6-1) et dans le onze de départ de Thomas Tuchel, on retrouvait pas moins de quatre joueurs Ibériques : Juan Bernat, Jesé (de retour de prêt du Betis Séville), ainsi que les deux recrues Pablo Sarabia et Ander Herrera.

Les transfuges du FC Séville et de Manchester United, présents depuis la reprise de l'entraînement il y a une dizaine de jours, ont été titularisés dans un 4-4-2 à plat qui a plutôt bien fonctionné face aux pensionnaires de deuxième division allemande. Herrera en était l'une des pièces maîtresses. Aligné à côté de Verratti devant la défense, il a rapidement fait comprendre pourquoi on le qualifie souvent de joueur intelligent. Toujours bien placé, il a proposé énormément de solutions à ses partenaires à la relance et a insufflé un pressing cohérent à la perte du ballon.

Sarabia moins en vue qu'Ander Herrera

Le manque d'automatisme avec ses partenaires s'est parfois fait ressentir dans ses transmissions, même s'il a illuminé le match d'une sublime passé lobée pour le quatrième but d'Arthur Zagre en début de deuxième mi-temps, depuis une position très reculée. Il a effectivement souvent assuré l'équilibre en glissant entre les deux défenseurs centraux quand Verratti et les latéraux (Meunier et Bernat) avaient tendance à se projeter davantage. Déjà assez affûté, il a cédé sa place peu après l'heure de jeu au jeune Hemans.

Sarabia a été plus discret. Exilé sur l'aile droite quand la majeure partie des offensives parisiennes partaient de la gauche, durant le premier acte, il a touché peu de ballons. Il a bien négocié la plupart de ses situations même si la plus nette, un face à face avec le gardien adverse après une percée de Mbappé, s'est soldée par une frappe hors du cadre. Visiblement à court de rythme, il a eu du mal à enchaîner les courses et s'est souvent laissé déborder par son latéral. Tuchel l'a intégré à son premier turnover en le faisant sortir dès la 56ème minute, pour faire entrer Toufiqui. Comme Herrera, il aura une nouvelle occasion de se montrer dès samedi, avec un deuxième match amical à Nuremberg.