à la une

Racisme - Vieira mécontent de l'absence de sanction pour Alvaro et Neymar et dégomme Le Graët

Commentaire(s)
Vieira désabusé par l'absence de sanctions
Vieira désabusé par l'absence de sanctions INCIDENT NEYMAR-ALVARO

Ce jeudi en conférence de presse, Patrick Vieira a réagi à la décision de la commission de discipline de la LFP de ne pas sanctionner Neymar et Alvaro, faute de preuves probantes. Les deux joueurs étaient suspectés d’avoir échangé des insultes racistes ou homophobes lors du dernier Classico : "Ce qui me dérange un peu dans toute cette histoire, c'est qu’on parle de racisme et de propos qu'on ne peut pas accepter. Qu'il n'y ait pas de sanction par rapport à ça me dérange un peu. D’un côté ou de l’autre, il doit y avoir des sanctions, on parle de racisme. Ce sont des choses inacceptables", a-t-il lâché, avant d’adresser un gros tacle à l’encontre de Noël le Graët (président de la FFF) après sa déclaration mi-septembre sur BFM Business : "Sur un match, il peut y avoir des écarts. Mais on est à moins de 1% de difficulté aujourd'hui. Quand un black marque un but, tout le stade est debout. Le phénomène raciste dans le sport, et dans le football en particulier, n'existe pas ou peu", avait déclaré le président de la FFF, alors interrogé sur la question du racisme dans le monde du football.


Des déclarations qui ne passent pas auprès de Vieira. "Quand on voit les propos qui ont été tenus par le président de la Fédération, je ne suis pas surpris qu'il n'y ait pas de sanctions, comme ça on n'embête personne, tout le monde est satisfait et la vie continue. Que ce soit d’un côté ou de l’autre, des propos ont été tenus ou non. On doit aller chercher la vérité quoi qu’il arrive pour avoir des sanctions", a poursuivi l’actuel entraîneur de Nice, qui a ensuite reproché aux médias : "Même vous au niveau des médias vous n'avez pas été très critiques sur les propos du président (Le Graët). Vous n’en avez pas parlé ou très peu. Ça donne l'image de comment on gère ces problèmes de racisme en France. Ça doit faire avancer la lutte contre le racisme. La façon dont vous les médias avez géré les choses n'ont pas été correctes. Vous auriez pu mettre l'accent sur les propos tenus par le président. Vous avez un rôle à jouer sur combattre le racisme. Vous en faites très peu ou quand ça vous arrange. C’est ce que je pense personnellement", a conclu le champion du monde 1998.