Rennes - Le grand philosophe Hatem Ben Arfa accorde son pardon au PSG

Commentaire(s)
Rennes - Le grand philosophe Hatem Ben Arfa accorde son pardon au PSG
Ben Arfa voit la vie avec philosophie

Au cours d'un entretien pour un podcast de L'Equipe, Hatem Ben Arfa a évoqué, avec une grande philosophie, son passage au Paris Saint-Germain. L'attaquant de Rennes, en fin de contrat au mois de juin, explique n'avoir aucun regret après son aventure dans la capitale, même s'il ne ferait pas les mêmes erreurs aujourd'hui. "Des regrets dans ma carrière ? Franchement non, tout ce qui m'est arrivé m'a apporté ce que je suis aujourd'hui. Il fallait que je passe par là pour être qui je suis aujourd'hui. Par contre, avec l'expérience que j'ai aujourd'hui, j'aurai fait des choses différemment, mais pas forcément celles qu'on pense" explique-t-il. "Mes propos sur le PSG en finale de CDF ? Quand je dis ça, ce n'est pas que pour moi en vérité. Moi, Nasser ou le PSG, je leur ai pardonné ce qu'ils m'ont fait. Et si j'ai réussi à dire ça, c'est parce que je les ai pardonné. Quand je dis ça, c'est un reflet qu'il ne faut jamais lâcher. Dans la vie, tu passes des épreuves, on veut te pousser à ce que ton esprit et ton estime baissent. Quand tout va contre toi, il faut garder cette estime, même dans la tempête, et en la gardant tu auras la lumière. C'est ça que je voulais exprimer".

Hatem Ben Arfa poursuit son discours philosophique. "Paris ? Je suis content de l'avoir fait car ça m'a beaucoup apporté humainement. Par contre, si j'avais eu l'expérience que j'ai aujourd'hui, je n'y serai pas allé, je serai allé à Séville. Mais je suis content de l'avoir fait car je n'aurai pas eu ce que j'ai aujourd'hui. Ca m'a fait comprendre plein de choses de la vie. La chose la plus importante que ça m'a apporté : dans toute épreuve, il faut garder son estime parce que personne ne va te la donner" glisse-t-il avant de conclure en apothéose. "Et à un moment donné, l'extérieur va refléter ce que t'as à l'intérieur. C'est ça mon message, ce n'est pas un message de haine. J'ai pardonné ce qu'il s'est passé".