Rennes - Olivier Létang sort du silence

Commentaire(s)
Rennes - Olivier Létang sort du silence
Olivier Létang sort du silence

Olivier Létang est revenu, ce samedi dans les colonnes de Ouest-France, sur son départ du Stade Rennais.

Une semaine après son licenciement surprise par le Stade Rennais, Olivier Létang est revenu sur cette décision chez nos confrères de Ouest-France. L'ex-président breton a profité de l'entretien avec nos confrères pour éteindre les rumeurs concernant une mauvaise entente avec Julien Stéphan, qu'il affirme avoir toujours défendu. Avant ça, il revient sur sa "surprise" lorsqu'on lui a montré la porte.

"J'ai été surpris. Le club n'a jamais été aussi performant sur le plan sportif et financier. En 27 mois, au-delà du parcours sportif, nous avons battu tous les records en termes de fréquentation du Roazhon Park, de revenus de billetterie, de sponsoring, de merchandising, de développement du personnel… Le club est très sain financièrement et respecte les règles du fair-play financier. Tous les indicateurs sont verts sur et en dehors du terrain. Alors, oui, lorsque le propriétaire m'a annoncé cette décision, je n'ai pas compris" avoue Létang. "Je ne m'y attendais absolument pas. Je sais que le monde du football est irrationnel. Je sais aussi que nous ne pouvons pas plaire à tout le monde. Beaucoup d'employés étaient en larmes quand je suis parti. Je ne m'attendais pas à autant de messages d'affection. Il me semble que l'empreinte laissée a été belle".

"J'aurai voulu rester jusqu'à la fin..."

Evidemment, l'échange "très cordial" qu'il a eu avec François-Henri Pinault restera "confidentiel". "Mon licenciement est une décision d'actionnaire que je dois respecter. Ce n'est pas à moi de dire si c'est injuste. C'est incompréhensible. J'aurai voulu rester jusqu'à la fin". Létang est ensuite revenu sur son entente avec Julien Stéphan. "Je l'ai nommé à la tête de la première équipe parce que j'étais convaincu de son potentiel. Je l'ai ensuite aidé. Si le club est là où il est sportivement, c'est surtout parce que nous avons pu travailler ensemble, que nous étions complémentaire".

S'il se rappelle de certains moments "d'incompréhension mutuelle", notamment lors des propos d'Hatem Ben Arfa à la fin de la saison dernière", Létang assure que les deux hommes parlaient "presque quotidiennement". Et il n'y a jamais eu d'ultimatum. "Quand je lis que je lui ai donné un ultimatum de trois matchs, je vous regarde droit dans les yeux et vous dis que c'est faux. Il n'a jamais été menacé de renvoi après trois matches en décembre. J'ai aussi lu que j'avais contacté Rémi Garde ou Laurent Blanc pour remplacer notre coach. C'est un pur non-sens et je ne peux que vous conseiller de les appeler pour le vérifier..." Enfin, Létang a décidé de démentir les infos concernant des doutes sur la clarté des transferts à Rennes. "Il est inacceptable que certaines personnes lancent ces absurdités avec des informations méchantes et fausses. Je ne peux pas l'accepter. Parce qu'au-delà de moi, il y a ma famille, mes proches". Le message est passé.