à la une
Vendredi 10 Avril

Sochaux - Jérémy Livolant : "Mon ambition est de jouer en Ligue 1" (exclu Madein)

Commentaire(s)
Sochaux - Jérémy Livolant : 'Mon ambition est de jouer en Ligue 1' (exclu Madein)
Jérémy Livolant réussit une belle saison en prêt à Sochaux. EXCLU MADEIN

Jérémy Livolant reviendra sur la pelouse du Roudourou ce vendredi. Pas sous les couleurs de Guingamp, club où il a été formé et auquel il appartient toujours (fin de contrat en 2021), mais avec Sochaux, où il est prêté jusqu'en juin. Après deux premières aventures en prêt à Boulogne-sur-Mer (National) et Châteauroux (Ligue 2), le Breton de 22 ans, ex-international français U19, confirme son potentiel dans le Doubs et espère franchir un nouveau cap, l’été prochain.


MadeinFOOT : Vous avez mis fin il y a quinze jours à une période très compliquée avec Sochaux (0 victoire, 4 nuls et 6 défaites entre le 8 novembre et le 7 février). Que s’est-il passé ?
Jérémy Livolant : "On était dans une période de doutes, mais on a un groupe de qualité et très uni qui nous a permis de rebondir face au Mans (victoire 1-0, ndlr). Il y avait peut-être des valeurs qu’on avait perdues."

Vous êtes-vous vus trop beaux après un début de saison réussi (5e à un point du podium après 14 journées) ?
"On avait un bloc équipe, on travaillait les uns pour les autres. Peut-être qu’au fur et à mesure, avec les bons résultats, on a oublié ces valeurs qui étaient très importantes pour nous. Mais le coach a réussi à remobiliser le groupe. On a retrouvé notre agressivité, notre combativité."

Votre entame de saison, après un exercice 2018-2019 compliqué, a surpris. Vous l’étiez également ?
"Surpris, oui et non. C’est vrai qu’on ne pensait pas être là en début de saison. Mais on s’est dit qu’on méritait notre place, qu’on ne l’avait pas volée. Il y a toujours des périodes compliquées, dans tous les clubs. Des périodes négatives qu’il faut transformer en positives. Pour nous, ça a pris un peu plus de temps… Mais aujourd’hui, on a 32 points. Pour un club qui était mal en point l’année dernière, on est plutôt content. Si on nous avait dit qu’on serait 11es à la mi-saison, on aurait signé tout de suite."

À titre personnel, peut-on considérer que vous réalisez la meilleure saison de votre carrière ?
"Oui, on peut le dire. Au haut-niveau, c’est ma meilleure saison. Mais ce n’est pas fini, j’ai des objectifs élevés. Le problème, c’est qu’il me manque des buts et des passes décisives (2 buts et 4 passes décisives actuellement, ndlr) pour que ce soit vraiment une saison accomplie."

Quels objectifs vous êtes-vous fixés ?
"Ce serait bien que j’arrive à cinq buts et huit passes décisives. C’est ce que je m’étais fixé avant le début de la saison."

Quelle importance accordez-vous aux statistiques ?
"Le plus important, pour moi, c’est le contenu des matchs. Mais c’est vrai que, dans le foot moderne, on regarde beaucoup les statistiques. Il faut s’y adapter."

Vous allez faire votre retour à Guingamp ce vendredi. Dans quel état d’esprit serez-vous ?
"Un bon état d’esprit. Je ne suis pas revanchard. Mais ce sera particulier, surtout parce que je vais jouer devant ma famille, là où tout a commencé pour moi. Je serai plus dans l’émotion que dans la revanche."

Vous aviez fait vos débuts fin 2015 en Ligue 1, sous les ordres de Jocelyn Gourvennec. Quel souvenir gardez-vous de cet entraîneur, et de ceux qui lui ont succédé ?
"Bien sûr, j’en garde un super souvenir ! C’est lui qui m’a lancé. Antoine Kombouaré (arrivé six mois plus tard, ndlr) était un peu moins proche et ne comptait pas forcément sur moi. J’ai décidé de partir en prêt à Boulogne-sur-Mer et je pense que c’était une très bonne décision."

Pourquoi ?
"Il fallait que je vois de quoi j’étais capable. Je connaissais mes capacités, mais en CFA2 (le niveau de la réserve guingampaise, ndlr). Il fallait que j’aille plus haut. En Ligue 2, je n’aurais pas forcément eu de temps de jeu, donc j’ai préféré le National pour faire une saison pleine et partir en L2 la saison suivante."

C’est ce que vous avait fait en allant à Châteauroux, avec une première saison convaincante en Ligue 2 (28 matchs, 2 buts, 2 passes décisives). Pourquoi être reparti de Guingamp l’été dernier ?
"Patrice Lair (l’entraîneur de l’époque, ndlr) ne comptait pas sur moi. Il ne voulait pas que je me présente à la reprise. Ça m’a un peu vexé, parce que j’avais quand même fait 28 matchs avec Châteauroux et je pensais qu’il m’aurait laissé ma chance. Mais c’est une décision que je respecte et aujourd’hui, à Sochaux, j’ai trouvé mon plus grand bonheur. Le coach (Omar Daf, ndlr) me fait confiance."

Votre contrat à Guingamp prend fin en juin 2021. Envisagez-vous de rester à Sochaux après la fin de votre prêt ?
"Je suis ouvert à toutes les opportunités, je n’ai encore pris aucune décision et mon ambition reste de jouer en Ligue 1. Mais Sochaux a un projet qui m’intéresse. C’est un très bon club, qui m’a fait confiance et m’a vraiment lancé dans le grand bain. Pourquoi ne pas rester et signer ici l’an prochain ? Eux aussi voudraient que je reste..."

Vos dirigeants ont-ils déjà abordé le sujet avec vous ?
"Oui."

Avez-vous des nouvelles de Guingamp ?
"Non, aucune."

Cela vous donne-t-il encore plus envie de prouver vendredi soir ?
"Oui et non… Je pense qu’ils ont vu ma saison et qu’ils sont contents de mes performances."