TFC - Malgré les débordements, Kombouaré reste mesuré

Commentaire(s)
TFC - Malgré les débordements, Kombouaré reste mesuré
Kombouaré garde son calme malgré la situation critique.

Où s'arrêtera la chute du Téfécé ? Samedi soir, les Violets ont enchaîné une huitième défaite de rang en Ligue 1 face à Reims (0-1) lors de la 18ème journée, égalant ainsi la pire série du club dans l'Elite (8 défaites également en 2004-2005). Durant la rencontre, une partie des Indians, un groupe de supporters toulousains, s'est rendu au pied de la tribune présidentielle pour manifester son mécontentement. Des altercations plutôt musclée avec la sécurité s'en sont suivies et une femme a été blessée au genou.Pourtant, malgré ces débordements, Antoine Kombouaré est resté mesuré dans ses propos à ce sujet. "Je comprends la déception, la colère des supporters. Après, il faut faire attention à comment on agit. Pour moi, ça ne se fait pas. Maintenant, ils sont libres de faire ce qu'ils veulent. Moi j'ai surtout à me concentrer sur mon travail. Je n'ai pas à commenter. Mon travail, c'est de trouver des solutions pour qu'on gagne les matchs. Ou du moins pour qu'on n'en perde plus."

Le coach du TFC a poursuivi : "après, ce que le président doit faire, c'est son problème. C'est un grand garçon, il sait ce qu'il a à faire. Concernant les supporters, je l'ai dit : comprendre leur déception et leur colère oui, mais il faut faire attention, il y a des choses qu'il ne faut pas faire, prévient-il. Nous, l'ultimatum, c'est de faire de notre mieux et d'essayer de ramener un point en championnat. C'est le déplacement à Nice. L'ultimatum est là. Je me le mets à moi, je n'attends pas que le président me mette la pression" a-t-il déclaré, et d'expliquer que cela devrait bouger à Toulouse durant le mercato hivernal : "les réponses, on va les donner dans les semaines à venir mais pour l'instant, c'est très compliqué. Quand vous enchaînez huit défaites consécutives... il y a toujours un petit concours de circonstances avec une expulsion, un cadeau. Mais au final, ça fait défaite. On est en droit de se poser des questions. On va travailler pour aider les joueurs, pour trouver des solutions. Vous parliez de recrutement, c'est dans les clous. Nous, on ne va surtout pas rester les bras croisés."