à la une

TFC - Olivier Sadran crie à l'injustice et menace la FFF et la LFP

Commentaire(s)
Olivier Sadran crie à l'injustice et menace la LFP et la FFF
Olivier Sadran crie à l'injustice et menace la LFP et la FFF TFC SADRAN OLIVIER SADRAN

Lanterne rouge du championnat de France à quatorze points de la place de barragiste occupée par Nîmes, le Toulouse Football Club, bien que très mal embarqué, avait mathématiquement encore une chance de se sauver. Mais suite à l'arrêt de la saison de Ligue 1, ordonné mardi par le gouvernement, et les dernières nouvelles concernant le classement de la LFP, les Violets semblent condamnés à une relégation en deuxième division Se sentant lésé, le président Olivier Sadran s'est donc permis d'envoyer une lettre, relayée par lesviolets.com, à la FFF et la LFP, pour faire part de son désaccord sur la situation actuelle. "La conséquence en est que le TFC ne pourra pas défendre loyalement, sur les terrains, ses chances de maintien en Ligue 1 jusqu’à la dernière journée de championnat", écrit le natif de la cité rose. "Nous le regrettons fortement, car un classement provisoire, à ce stade de la compétition, ne présage jamais du classement final."

Le patron du Téfécé n'hésite pas à qualifier d'injuste le sort de son club. "Je souhaite dès lors insister ici fortement sur ma position : toute décision de relégation fondée sur le classement provisoire au terme de la 27ème ou de la 28ème journée qui serait prononcée à l’encontre du TFC serait injuste, inéquitable et infondée en droit." En guise de menace, l'homme d'affaire de 50 ans ajoute qu'il serait prêt à aller jusqu'au recours juridique. "Compte tenu de tout ce qui précède, la demande du TFC est simplement que la FFF et la LFP respectent leurs propres règlements et se portent, comme elles le doivent, garantes de la protection de l’éthique et de l’équité sportive", décrit l'intéressé. "Toute autre décision, ne permettant pas au TFC de faire valoir sportivement et équitablement ses chances de maintien, serait immédiatement contestée devant les juridictions compétentes." Malgré la position délicate de son équipe en championnat, Olivier Sadran n'est pas prêt de se laisser embarquer en Ligue 2, sans avoir défendu toutes ses chances.